Sibylle philosophe sans gravité...

08 octobre 2018

MIROIR

Lac Gentau

(Photo de Démocrite-non libre de droits - 5 octobre 2018)

Dans le reflet d’un lac où l’envers et l’endroit se confondent, le regard se laisse happer par l’étendue cristalline découpée çà et là en cristaux de lumière. Ces eaux qui frémissent sous les risées d’altitude révèlent les plus lointains secrets, ceux qui ont bercé votre enfance.

Quelques jeunes amphibiens s’activent avant leur métamorphose. Des grenouilles, des tritons ou de petites salamandres partageront tantôt ce joli habitacle. Ici, dans l’absolu reflet, celui-là même que les ilots d’étoiles dynamisent la nuit tombée, les barques de souvenirs pesants se délitent…

Démocrite déclame de jolis vers inspirés. Sa voix se perd dans la vallée puis résonne sur les hauteurs de l’Ossau. Un magnifique halo de lumière recouvre ses crêtes pour envelopper de douceur les mots du poète …

Posté par Sibyllinne à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 septembre 2018

SANCTUS

Lac Lavedan

(Lac du Lavedan - dimanche 23 septembre 2018 - Photo de Démocrite)

C’est dans La beauté des lacs de montagne que s’écoule le flux onirique. Les songes trouvent une épaisseur matérielle, une révélation éphémère de l’identité d’un soi toujours déjà voilé. En fin d’après-midi, des nébulosités s’observent dans ces miroirs d’eau où scintillent çà et là des gemmes. Le randonneur observe ce pancalisme naturel qui ignore toutes considérations intempestives dont les humains se nourrissent.

Les lacs nous donnent un imaginaire fertile et nous donnent à penser que le monde n’est que notre représentation. Mon œil projette une lumière qui me permet de voir ce que je veux précisément voir et danse dans mes prunelles cette beauté que l'on dirait si chère à Narcisse.

3 Lacs Sanctus

(Photo de Démocrite non libre de droits)

Posté par Sibyllinne à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 septembre 2018

L'INVISIBLE

invisible

Un ami propose de réfléchir sur la notion d’invisible : vaste problématique autour d’une notion qui n’est pas un concept. Le débat, pensais-je, risque d’être immense tant le champ de l’invisibilité est large et on ne peut plus transversal.

En effet, celui-ci navigue dans plusieurs sphères comme la perception, le psychologique, la connaissance etc…que sais-je encore ?

D’emblée une question surgit : comment pouvons-nous parler de l’invisible lorsque seul le visible nous est donné ? Pouvons-nous sentir, expérimenter l’invisible alors que celui-ci se dérobe d’ores et déjà toujours sous nos sens?

Pour autant, quelques indices de son existence semblent se manifester, notamment sur le plan psychologique, affectif, scientifique. Lorsque des problèmes ou des soucis disparaissent, ils deviennent invisibles. Sont-ils alors réduits au néant ou bien se tiennent ils au-delà ou en deçà du champ conscientiel, d’une perception immédiate, dans un lieu presque inaccessible, dit d’apaisement ou de repos?

Je pense que ce qui est le plus énigmatique, au fond,  ce n’est pas tant de comprendre ou de circonscrire l’invisible que de pouvoir sciemment expérimenter cette frontière entre le visible et l’invisible, pouvoir se tenir sur le fil du « rasoir », là où la pensée s’inquiète, là où elle est mise en déroute.

Posté par Sibyllinne à 10:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 septembre 2018

Une rencontre

Sib

Ces belles journées de septembre ne cessent de nous donner la douce illusion que nous sommes toujours en vacances. Le week-end dernier nous étions au bord de l’océan avec ses températures somme toute très « amicales » qui nous permettent encore de nous baigner : quelle chance !

Comme il est heureux de pouvoir pleinement profiter de ces lieux magnifiques que nous réservent nos envies de vagabonder. Ces souvenirs en images et en textes sont rassemblés dans un très beau livre intitulé « Sibylle et Démocrite au bord du monde » (ouvrage entièrement confectionné par Démocrite (avec ses somptueuses photos) accompagnés de mes textes qu’il a choisi avec tact et beaucoup de délicatesse.

C’est un très beau cadeau : une œuvre commune mais unique et très personnelle qu’il me fit pour mon anniversaire.

Il y a, me semble-t-il, des rencontres heureuses, inattendues où se croisent des singularités unies par de très beaux agencements. L’existence est courte et il est bon d’en prendre acte et surtout de vivre intensément ces moments : ceux d’une harmonie pré-établie mais toujours nouvelle dans l’intuition de l’instant...

Posté par Sibyllinne à 10:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 septembre 2018

Ephémère

Merlheu - lac bleu_modifié-1

( Pic Merlheu - juillet 2018) 

 

Beauté suprême du Lac Bleu (Pic Merlheu) qui stimule l’imagination et vous invite au silence. Sa couleur intense n’a d’égale que son extrême profondeur (150 mètres). Un ciel renversé, miroir d’ étoiles à la nuit tombée.

Ce jour-là nous étions seuls sur ces crêtes, quelques rapaces déchiraient l’azur. L’onde du lac était calme, une brise murmurait bien des secrets, ceux-là mêmes qu’il faut savoir entendre.

Sur une pierre, près du cairn deux noms sont gravés : Sib et Dem : marcheurs et philosophes pour l'éternité.  

Posté par Sibyllinne à 11:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Une tradition

Jaut

(Sibylle au sommet du Jaut - Photo de Démocrite - Juillet 2018)

Ce jour-là, ce fût une magnifique ascension en compagnie de nos amis ( Nicolas, Janine, Jean-Paul) sur ce sommet devenu mythique pour Sibylle et Démocrite. Oui, une tradition qui nous tient à coeur de respecter au fil des ans. Pour autant, il faut passer ces trois phases ascensionnelles du Jaüt avant de parvenir au sommet. Mais le panorama exceptionnel vous fait rapidement oublier l’énergie déployée pour l’atteindre, et ce, d’autant plus que notre tradition depuis plus de sept années maintenant, est de célébrer notre ascension par un apéritif dinatoire ibérique sur ces crêtes.Des retrouvailles joyeuses en somme.

CARPE DIEM

 

 

 

Posté par Sibyllinne à 08:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 septembre 2018

Les guises de l'être

Castillo - Pano Ossau Ballaitous_

( Vue du Castillo d' Acher en Aragon - Photo de Démocrite aout 2018)

Ces vacances d’été furent l’occasion de vagabonder entre océan ( Landes et Pays basque)  et montagne jusqu’au Nord de l’Espagne, dans la très belle vallée d’ Hecho. Sur les pentes solitaires du Visaurin (2669 mètres), nous pûmes, sous la barre rocheuse, contempler çà et là, la floraison tardive de quelques pousses légères auréolées de jaunes et de blanc immaculé.

Sur ce splendide sommet, c’est un atlas des crêtes pyrénéennes et espagnoles qui se présente  sous nos yeux ébahis. Le schiste rouge avec ses contrastes de gris perle et de vert presque tendre du Castillo d’Acher, gravi la veille, nous laissa sans voix. Des lignes de crête dessinaient l’azur sculpté par les nuages.

« Ces géographies solennelles » incitent au silence et à l’humilité, loin de cette multitude vile des cités affairées.

Pourquoi redescendre alors ? Peut-être pour ne pas voir, ne pas çà-voir.

L’en deçà et l’au-delà de ces paysages, sans dehors ni dedans, nous renvoient à l’infini, celui là même qui nous échappe toujours et encore lorsque nous voulons fixer l’être.Or, notre être est spiralé, tourbillonnaire, enchevêtré dans des chemins qui au fond « ne mènent nulle part », surtout si nous tentons de le trouver, de le saisir ou de vouloir le modeler.

Les guises de l’être sont multiples et facétieuses, sitôt là elles disparaissent. Le Belharra de l’âme, ce voile onirique recouvre ses contours de nébulosités et si notre existence n'était que cela : une pure évanescence.

 

P1610243_modifié-1

 

( Vue du Visaurin sur le Castillo d'Acher, photo de Démocrite)

Posté par Sibyllinne à 16:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 juin 2018

Lumineuse

 

 

Democrite

"Quoi que dise de moi le commun des mortels (car je n’ignore pas tout le mal qu’on entend dire de la Folie, même auprès des plus fous), c’est pourtant moi, et moi seule, qui, grâce à mon pouvoir surnaturel, répands la joie sur les dieux et les hommes.

Je viens encore d’en donner la preuve éclatante ; à peine ai-je paru au milieu de cette nombreuse assemblée, pour prendre la parole, que tous les visages ont aussitôt été éclairés par la gaieté la plus nouvelle et la plus insolite ; tous les fronts se sont tout de suite déridés ; vous m’avez applaudi avec des rires si aimables et si joyeux que, vous qui êtes venus de partout et tels que je vous vois, vous m’avez l’air ivre du nectar des dieux d’ Homère mêlé de népenthès  alors qu'il y a un instant, vous étiez sur vos sièges aussi sombres et soucieux que si vous veniez de sortir de l’antre de Trophonius. "

(Erasme : Eloge de la folie)

Posté par Sibyllinne à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2018

L'intervalle

Pic d'Anie

Nous avançons dans le lapiaz de la Pierre Saint-Martin aux diaclases élargies, serait-ce là le « Mordor » ?

L’arrivée à ce sommet semble suspendre Chronos dans son élan, tant l’horizon l’agrandit. Elle immobilise les montagnards pourtant aguerris. Une brise légère caresse nos visages, sans doute pour mieux nous porter sur ces crêtes lumineuses.

La tranquillité des cimes répare le souffle. De fait, on respire mieux dans l’illimité. A mes pieds, des petits jardins miniatures résonnent dans ce chant printanier de couleurs.

Je me souviens de textes anciens, de ma jeunesse d’étudiante. L’ascension de la montagne constitue selon l’expression de Bachelard « le voyage en soi, le voyage imaginaire le plus réel de tous ». Belle lucidité en vérité.

C’est un mouvement ascendant qui soulève l’esprit porté par l’éther azuréen. Comme il suggère la divinité du lointain, je me tiens en poète dans l’intervalle des monts.

Posté par Sibyllinne à 15:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 juin 2018

Idylle

danse

La danse est l’expression  des mouvements « sur l’abime » : en dehors de toute foi, hors-la-loi : un envol sans filet ..Une idylle des corps éveillés et des amours retrouvés.

Posté par Sibyllinne à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,