Aimer, c’est reconnaître l’existence d’un rythme que nul ne peut évoquer ou raconter car il est sien, celui d’un bourgeonnement du vivre dans la tonalité qui nous ressemble.( Sibylle)