Le silence et l’absence battent la même mesure, au-delà de la ronde, en deçà de la croche : une musique du cœur : oscillation hors « chant », sous la baguette du rythme in-sensé du vivre.

 (Sibylle)