30 janvier 2013

La solitude

La solitude n’est ni l’esseulement, ni l’isolement. Ces deux états, me semble t-il, relèvent d’une forme de pathologie psychique puisqu’ils sont vécus à la fois sous la forme de l’absence des autres et de l'absence de la conscience de soi. Nous pouvons les expérimenter régulièrement lorsque nous sommes affairés, « la tête dans le guidon », dévorés par un travail ou bien absorbés par une lecture passionnante. Dans cette situation la présence des autres me gêne et je suis "moi même" absente, curieux paradoxe, à ma... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

28 janvier 2013

Intemporel

 http://www.infoclimat.fr/photolive-photos-meteo-153478-route-du-soulor-fermes-d-arbeost.html?&order=DESC&date_type=dh_prise&auteur=108#photo6   Traversées silencieuses, petits lacis de gel Du fond de la vallée résonne la pastourelle   Sur une branche fine, un faucon crécerelle Guette l’imprudent qui quitte sa tonnelle   Quelques toits de fermettes, çà et là isolées Résistent à l’épaisseur de la neige tombée   Sur les pas de Russel, le montagnard chemine Les époques... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 janvier 2013

Cultiver l'authentique

Comme il semble difficile d’éprouver lors de relations inter-subjectives, voire même amicales le plaisir de l’authenticité. L’authenticité (du grec : authenthês « qui agit par soi même »): une vérité sur soi et de soi avec soi vécue sous le mode de l’exigence, d’un impératif, d’un devoir, qui serait le contraire de la mauvaise foi. Le sujet serait fidèle à lui-même en quelque sorte, en adéquation avec ce qu’il est ou ce qu’il pense qu’il est, sachant que l’on a perpétuellement à être ce que l’on est et que la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
17 janvier 2013

La peau : un voyage de soi vers soi

( Photo de Démocrite)         La peau est une membrane, une enveloppe recouvrant notre corps, qui nous relie et nous sépare du monde, d’autrui également. La peau est marquée des signes de l’apparence par sa pigmentation, sa couleur et son grain. Elle est donc avant tout une surface d'inscription de notre état du corps, de notre état d’esprit aussi : joie de vivre ou dépression. Quelques marqueurs du temps transforment cette membrane avec l’apparition des rides, de tâches brunes, de perte de la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2013

Singularite

(Photo de Démocrite : Sept 2012)   Plane la légende du pâtre Millaris Eleveur de troupeaux dans la vallée jadis   Empreintes circulaires sur ce mont singulier Dégradé de gris perle sans point relié   Esquissé au fusain sur cet amas calcique Invite le voyageur, le paladin antique   A gravir ses rondeurs d’un pas sûr, maitrisé. Démocrite l’atomiste ne peut pas résister   A l’appel des canyons des versants ibériques Des crêtes effilées aux lignes fantastiques   C’est là qu’il faut gravir... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 janvier 2013

Dîne ( tourbillon)

  Tout est distance et flotte dans l’entre deux L’infini de l’ouvert se dessine dans ses yeux   L’horizon illumine ses beaux cristallins Irise la surface de ce miroir sans teint   Aux brisures de l’humeur sur fond azuréen Chronos oscille encore entre l’or et l’airain    La flamme, un sablier s’écoule vers le haut  Onthophanique fleur : incandescente peau   Forteresse imprenable d’une âme citadelle Lieu des sentiments, des émotions rebelles   A la lisière du réel, de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 janvier 2013

La nuit des temps

Eléa et Païkan en terre d’Adélie, abandonnés et perdus dans "la nuit des temps". Les courbes sculptées de ces corps par l’artiste, suggèrent une caresse alizéenne déposée sur la dune. Celle que l’on dit la plus aimée du vent. Les cheveux d’Eléa d’un brun, ocre et chaud enveloppent ses épaules, fines, arrondies. Un sourire dessiné par quelques grains de sable emporte les amants vers un ailleurs temporel. Un lieu non dit, une belle contrée où jaillit l’étincelle, chiasme du senti-sentant, de l’invisibilité du visible:... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 janvier 2013

Silence

Le silence et l’absence battent la même mesure, au-delà de la ronde, en deçà de la croche : une musique du cœur : oscillation hors « chant », sous la baguette du rythme in-sensé du vivre.  (Sibylle)
Posté par Sibyllinne à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 janvier 2013

Elevation

    Une douceur hiémale, une inversion thermique Flottaient dans l’atmosphère de terres volcaniques Au loin « La Madeleine », une île fantomatique Un promontoire, un songe aux élans chimériques   Sous l’écume des jours, une mer de nuages S’étire à l’infini vers des lointains sillages L’atomiste résiste aux bourrasques d’Eole Et choisira son heure pour prendre son envol   Là haut, un corvidé au plumage bleuté Ses croassements graves, rauques et répétés Bruissent en altitude, brisent le... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 janvier 2013

La reconnaissance

La lutte pour la re-connaissance (Connaissance vient de conascere qui signifie « naître avec ») est au cœur des relations humaines. Chacun de nous la « sait », la sent, la devine, la cherche et l’expérimente au quotidien. Pour autant, rares sont les sujets de conversation mondains, intra-mondains qui osent la prendre à bras- le -corps au cœur de ces échanges interlocutoires. Je tais ici volontairement l’aspect juridique où le politique a légiféré à maintes reprises sur le plan des droits civiques, centrés... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:25 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,