94afdc0d

 

Il n’y a pas de nautonier du bonheur, celui ci arrive souvent déguisé comme « une surprise » pour reprendre la charmante expression d’un ami très cher. Dans les Propos sur le bonheur Alain écrivait  « dès qu'un homme cherche le bonheur, il est condamné à ne pas le trouver » et que « le bonheur est une récompense qui vient à ceux qui ne l'ont pas cherchée ».

Précisément, c’est ce qui m’arriva ce matin, ce fût une révélation, un véritable coup de massue, une sensation qui vous porte et vous chavire littéralement. Je découvrais enfin, le plaisir de vivre, d’exister, sans tension, sans tracas, sans relations parasites, dérangeantes, encombrantes, libre et libérée. Peut-être était ce là le premier jour de ma naissance ?

Je m’appartiens enfin, et cela, ce n’est pas rien, quelle sensation extraordinaire!

J’expérimentais alors cet état fabuleux, un état de bonheur ou bonheur d’être tout simplement, embrassant -embrassé. Je dépliais enfin quelques rais de soleil jadis recroquevillés dans le creux de mon cœur. Mes doigts longs et fins recevaient la douceur d’une sensation inouïe. Ils étaient prêts à cueillir les effluves de plantes subtilement odorifères comme le thym, le romarin, qui voyagent dans les airs, ondulent dans mes songes, chahutent mon grain de peau dans un frisson infini.Je séjournais alors dans un temps suspendu, j’habitais l’espace qui me traversait et semait en moi quelques graines d’espoir de lendemains heureux.

Emmenez moi chemins de nulle part, emmenez moi chemins du bout du monde, j’ai l’envie et la force pour gravir sans fatigue la joliesse de vos sentes et vos crêtes sommitales !

Derechef, j’acquis à cet instant la certitude que les plus beaux espaces restaient à découvrir, ceux où s'entrelacent mes pensées libres, sans dehors ni dedans, sans emprise ni reprise, vécues en union parfaite avec mon intimité cosmique.