31 mai 2013

Stance

  Quelques timides perles fines de grenat Parent son feuillage en guise d’apparat Fleurtent çà et là des gouttelettes d’argent Qui suscitent l'envie, un appétit ardent   Des sentinelles noires, choucas des hautes cimes Au plumage bleuté, à la soierie sublime Dérobent leur pitance, guettent la colombe Tourterelle distraite qui d’un coup succombe   L’azur déprimé par ces violentes ondées Tente de recueillir les éparses clartés D’une aube fatiguée, toute ensommeillée D’avoir perdu l’espoir, Ô joli mois... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mai 2013

Le noeud

  Il m’arrive de me sentir étrangère à tout ce qui m’entoure et ce d’autant plus que les causes ne sont pas clairement identifiables. Spectateur du monde, spectateur de soi aussi. Désolation, tristesse, ennui, vexation, agacement suscitent quelquefois, un mouvement de fuite, une extraction mentale ou psychologique à l’égard du monde et de la présence d’autrui. Stupéfaction ! En pareilles circonstances, un ami me dirait : « Tu es trop réactive ! », à tort probablement je l’avoue. La véritable question... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:58 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2013

Signes

  « Parler à quelqu'un, c'est accepter de ne pas l'introduire dans le système des choses à savoir ou des êtres à connaître, c'est le reconnaître inconnu et l'accueillir étranger, sans l'obliger à rompre sa différence. (Maurice Blanchot). En ce sens, la parole serait la terre promise où l'exil s'accomplirait en séjour.Là est toute la difficulté. Sommes-nous capables d’être exemptés de tous préjugés, de voir ainsi autrui avec des yeux toujours nouveaux de vision, dans sa spontanéité ou sa nudité la plus radicale. L’esprit qui... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:57 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mai 2013

La chrysalide

VIVRE ! ( Les Canaries mai 2013) C’est tardivement que je naquis au milieu des hommes, à l’âge précisément où l’on commence à dépasser ses préjugés. Endormie dans sa chrysalide la chenille désormais s’est transformée en papillon et goûte à tire d’ailes, l’air enivrant de ses nouveaux espaces. Redoutable est l’enfermement psychique crée de toute pièce par les « mécaniciens » de la médecine, ces bourreaux sans merci qui jamais ne cueillent de remords dans leurs sombres délibérations. Leur diagnostic ou conclusions hâtives... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 12:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2013

Les barques fatiguées

Sous un soleil hiémal, souffle une brise océanique, quelques badauds défilent devant mes yeux contemplatifs, las. Je les observe, c’est main dans la main et toute génération confondue, qu’ils cheminent ensemble sur la jetée. Etrange grégarisme que celui-ci comme une éthologie inscrite dans une carte génétique sans téléonomie consciente. Archétype relationnel banal, probablement et pourtant, je m’interroge : que cherchent-ils dans cette « prise ou re-prise en main » de l’autre ? Difficile dé-prise à contracter en... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 12:11 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mai 2013

Terre sublunaire

  Terre sublunaire     Terre noire, ingrate en apparence, Quelques lapilli de source incandescente   Sculptent un paysage sans commune mesure Les scories couvrent l’akadama sans usure   Une route improbable se jette dans l’océan Aux courbes sinueuses et lacets de géant   Près du sable une lagune jade-vert gît Sous la brise sa peau scintille puis frémit   Sa forme inattendue suscite un bel émoi Comme des premiers élans, merveilles sans effroi   (Sibylle- Mai 2013-... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:17 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :