doux_reve_tableau

« Le rêve de la nuit est un rêve sans rêveur. Au contraire, le rêveur de la rêverie garde assez de conscience pour dire : c'est moi qui rêve la rêverie, c'est moi qui suis heureux du loisir où je n'ai plus la tâche de penser ».

Gaston Bachelard, La poétique de la rêverie.

Les textes de Gaston Bachelard donnent beaucoup à méditer. J’ai souvent ressenti une étrange connivence très ténue avec ses pensées en le lisant. J’éprouve la sensation d’être ailleurs, autrement,  et par-dessus tout curieusement d’être enfin moi. Ses mots sont des notes sans aucune partition, sans prescription et sans emphase. Ils s’agitent sans maudire ou atourner quelques auteurs. Sobres, justes, ils tourbillonnent dans les airs et sonnent comme des rondes silencieuses à quatre temps ou à « mille » temps…

Délices, délices…cher Gaston Bachelard, comme j’eusse aimé pouvoir l'espace d'un instant converser avec vous