60864198

 

Seule, je marchais tantôt sur quelques crêtes de montagne aimées, choisies par un élan du cœur irrépressible. Les nuages et le soleil se frottent, s’acoquinent, puis se séparent en prenant l’ascendant et ce, dans l’alternance la plus énigmatique. Un milan royal plane, tournoie dans les airs, splendide ! Splendide !Je grimpe seule, avec ce rythme inimitable qui caractérise ces tempéraments faussement lymphatiques. La montagne me connaît, me reconnaît et je sais qu’avec elle je n’ai plus rien à craindre.

Que valent au regard de ce beau voyage tous ces discours misérables des hommes : luttes intestines d’egos et de soif éternelle de reconnaissance ? Tout cela me lasse mais ne me délasse aucunement.

Je marche et je déambule dans cette petite ascension aux étranges remparts :  végétaux magnifiques, résineux au port altier caressés par Eole. En prophétesse de Mantinée, la brise murmure à mes oreilles le plus doux des secrets. Je souris. La mousse légère s’enroule, épouse l’écorce brune comme un lointain écho aux champs de blé des elfes.

C’est en poète que j’habite ce monde. En ces temps de détresse, le chagrin de toutes mes servitudes s’en est allé. J’ai cessé d’avoir mal, l’ange de la mélancolie s’éloigne à tire d’ailes vers sa contrée natale. Délos t’appelle cher ange et te réclame, oublie moi , cette traversée ne m'appartient plus, je te quitte sans regrets .Un bel exil pour toi.

L’horizon s’éclaircit, un nouveau ciel à l’évidence digne des Dieux de l’Olympe s’ouvre devant mes yeux...