thumbs_homme-archer

 

« L’homme est un être des lointains » (Heidegger), c'est-à-dire qu’il est essentiellement absence, absent à lui-même et pourtant c’est comme un être terriblement existant qu’il s’éprouve dans cette absence. L’expérience de ce non continuum du flux de l’existence n’est au fond que celle d’un crépuscule quotidien jamais atteint mais simplement vécu au cœur d’une tempête ek-statique : les guises du temps..

De cette invisible tension émise par l’archer sur l’encoche temporelle du proche et du lointain, jaillit la divine étincelle : la perception intime du vivre.