Aïsa

Un écrin de fleurs où ruissellent des cascades, autres résurgences et petits cours d’eau. Des gazouillis enchanteurs dans ce petit monde extraordinaire, c’est Aïsa, dans la vallée aragonaise. Des muscaris à grappe, des ornithogales en ombelles, et autres potentilles animent ce jardin de fées. Ces bouquets sauvages ondulent et frissonnent, traversés çà et là par des petits filets d’eau, sources de jouvence qui renouvellent leur vie.

En rebroussant chemin, j’aperçois « l’indécise », étrange  plante, majestueuse, dressée vers l’azur. Je m’arrête et je la contemple : inouïes teintes de vert aux variations énigmatiques d’un dégradé mélancolique allant d'un vert sauge, tilleul, à l impérial, elle fleurira peut-être… lente méditation.

Au loin culminent trois sculptures de roche aux torsions incroyables : véritables déités de ces lieux. Le calme et la paix imprègnent la vallée. Ces formes et ces couleurs se fondent et s’appellent l’une dans l’autre, elles suscitent cette force invisible qui anime tout visible.

Un chant inconnu porté par le vent caresse les monts, la prophétesse est là, elle vaticine, inspire et souffle l'ad-venir de ce paradis perdu en terre ibérique.

Aïsa2