pt13235

Certaines valeurs ne sont pas négociables, je veux parler ici de celles qui constituent le socle de notre propre « identité » aimée et librement choisie, celles qui participent de près ou de loin à ce qui nous donne du bien-être. Je ne parle pas d’un amour propre qui se compare et s’affronte dramatiquement entre les hommes,  mais de l’amour de soi qui satisfait à des besoins réels, à NOS DESIRS.

Cet amour est terriblement humain, il est peut-être même ce qui constitue l’essence de notre humanité, dans cette acception bien précise où, relié à des passions douces, il est le creuset sur lequel repose le respect de soi même.Cet axe-là doit être intouchable, inviolable, c’est un espace sacré.

Un ami me disait encore récemment : "ne laisse jamais personne te dire que tu ne vaux rien ou que tu n’as aucune valeur", le jour où cela arrivera : laisse glisser ces funestes propos car c’est cette personne qui ne va pas bien.

Depuis, j’ai appris à me regarder différemment, à me construire joliment, lentement jour après jour, à me trouver quelques qualités aimables, enfin à m’apprécier. Je me sens heureuse dans la lecture de textes poétiques, philosophiques, dans cet élan incroyablement jouissif de l’écriture aussi et cela suffit.

Alors quoi : l’éternité ! Non merci.

Juste le plaisir de vivre ici et maintenant en conformité avec moi-même. Un seul impératif m’apparaît celui de parvenir à préserver l’essentiel, c'est-à-dire me re-connaître en toutes circonstances, sans risquer de perdre cette belle âme sentinelle.

Dans l’aveu de la nuit, c’est toujours le soleil que je vois.