30 septembre 2014

Le Pli

  Le roseau plie mais ne rompt pas. Sa courbe n’est-elle pas belle, gracieuse, élégante et chic ? Souvent le pli nous froisse, nous égratigne, nous titille dans nos propres pensées, mieux dans « nos »pensées « propres » bien arrangées, bien agencées, sans boursouflures aucune. Tout doit être bien lisse, sans faux pli, sans vague à l’âme, sans cannelure..  Arrondissons les angles, bassesse que sont tous ces bas-reliefs au regard du bien-pensant! Gardons l’idée de joliesse du relief... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 septembre 2014

Le naufrage

          Lutte pour la vie : naufrage (Henry-Eugène Delacroix) Par volonté, nous dit ce cher Arthur, il ne faut pas comprendre : « faculté de pouvoir se déterminer à faire ou à ne pas faire » (avoir de la volonté) ou encore « intention de faire quelque chose » mais : une volonté sans intelligence, un désir aveugle, irrésistible « telle que nous la voyons se montrer encore dans le monde brut, dans la nature végétale, et dans leurs lois, aussi bien que dans la partie végétative de notre propre... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 septembre 2014

Le choix

Face à une situation extrême nous avons toutes et tous une manière singulière d’habiter et d’habiller nos choix. Dans cette acception et cas de figure singulier, les notions classiques de bien et de mal, de bon ou de mauvais « choix »se télescopent aisément, au point qu’elles sapent tous repères, tous référentiels habituels. Les valeurs d’usage se disséminent au bénéfice d’une cohérence subjective interne qui nous dépasse et nous surprend en ceci même qu’elle développe en nous des cogitations hors norme. La préférence... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 septembre 2014

Madiba

Posté par Sibyllinne à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 septembre 2014

Le mot

J’ignore si c’est le mot qui me porte ou si c’est moi qui porte le mot. J’écoute sur des ondes un discours en langue étrangère, je ne comprends pas la teneur de ces propos. Pour autant, j’entends des sons avec cette singularité d’un dire qui bruite comme phonème et provoque simultanément un émoi, un retentissement. Le mot prononcé, chanté, vociféré, chuchoté, susurré déploie la résonance du silence. Il a généreusement oublié la quiddité de son essence purement conventionnelle, celle là même qui désire tout dire,  tout... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,