Aspin Monne Rouye

La danseuse s’immisce dans la courbe du temps. Son énergie toujours actuelle de chaque mouvement engendre une durée sitôt née, sitôt défunte. Instable par nature, cette énergie embrasse l’improbable : l’envol extra-ordinaire d’un corps qui force, cisaille et nie tout espace ordinaire.

La danseuse n’a point de dehors, elle dessine l’espace, elle n’écoute que son corps, son rythme, son équilibre et prodigue l’impossible : justesse du mouvement dansé d’un corps à cœur..

P1200606