ob_6e3021_capture-d-ecran-2015-02-04-a-21-20

De plus en plus, j’observe cette fourmilière d’êtres humains qui gesticulent çà et là. De l’occupation à tout prix, de la rentabilité à tout crin, du paraitre exacerbé, préfabriqué mis en ligne sur la toile.

L’homme seul, pris dans son unicité n’existe plus. Il est devenu un pur produit du consumérisme, disséminé dans cette obsolescence. L’idée du bien commun est une idée devenue archaïque, impensable à l’aune de nos intérêts inconditionnels et superfétatoires. Tout cela est propulsé, encouragé par le politique qui s’acharne à promouvoir une idée mondaine du lien entre les individus, qui tait toute compréhension sociétale.

Penser devient un acte tombé en désuétude. Seuls quelques survivants courageux, d’une tradition oubliée, ceux là même qui parviennent encore à déambuler dans la ville de manière désintéressée produisent quelques éclats de pensées. L’altérité ne se rencontre guère plus apparemment que dans les objets inorganiques, alors que par essence chaque individu déploie des variations, des différences essentielles avec son (di)-semblable.

En perdant son fondement anthropologique, le politique a uniformisé, homogénéisé, disséminé la pluralité des liens intersubjectifs. L’idée du bien commun est devenue celle de son bien propre.

L’individu est-il alors devenu superflu ? La question se pose.

Heidegger pensait l’homme à partir de sa fin, je crois que c’est plutôt à partir de sa naissance, de cet acte d’irruption qu’il serait intéressant de le penser et du coup de repenser le politique, c’est-à-dire de cette possibilité pour tout un chacun d’apporter librement sa pierre à l’édifice dans un espace participatif.

En effet, l’acte de la naissance constitue au fond avec son caractère d’imprévisibilité et par sa simple possibilité d’action un acte de transcendance au sein d’un macrocosme immanent et par là même dangereux que peut représenter la sphère du politique.

Transmutation des valeurs ? Hannah Arendt l’affirmait d’une certaine façon : « si la liberté s’enracine dans l’être natif des individus, elle ne se réalise que dans l’action publique et concertée de la communauté ».