57636073

J’habite  désormais la tranquillité des arbres avec l’immensité de leurs courbures qui caressent l’azur. De temps à autre une sensation étrange m’envahit comme celle de s’entendre voir, peut-être même de voir certains parfums et de rêver les odeurs..

L’arbre majestueux est un nid, un corps réel qui ne demande et n’exige plus rien. Le vieil arbre a décoléré, toute revendication s’efface, s’évapore pour rejoindre les cœurs fatigués de ces hommes toujours insatisfaits.Les branches comme les mots s’aiment, ils habillent le vivant d'une musicalité toujours nouvelle. Du foisonnement syllabique à la frondaison, ils deviennent épars et discrets dans l’atmosphère hiémale. Sous la treille, parmi le feuillage, le pieds de vigne fier et noueux s’élève vers les rais de l'astre couchant.  

Jour après jour elle se nourrit de ces clartés matutinales puis vespérales. Je respire avec elle ces ondes mondificatrices."Là tout n'est qu'ordre, beauté, calme luxe et volupté".