Los Tiles bis

( Los Tilos - La Palma)

Des mondes et des jardins miniatures habitent mon être, pour autant, mon espace est sans dehors ni dedans. Je suis entre les brindilles des épicéas, entre les rochers autour desquels l’eau torrentielle dévale, entre chaque battement d’aile de papillons qui virevoltent. Devenue Invisible, je me soustrais à tout regard.

Etrange sensation. Mes pas effleurent la montagne, je sais qu’elle ne me sent pas. Légèreté, légèreté,  insoutenable légèreté : suis-je vraiment là ? Parfois, l’espace de l’immense se dilate et me dépasse. Le monde s’invite à ma fenêtre mais ne me pénètre pas. Une muraille est dressée comme forteresse de l’âme.

Ma vision se trouble, floutée par la buée d’un cœur qui se tient déjà en hiver. La lumière noire de la solitude s’écoule dans mes veines, si peu de choses. L’intime me submerge...