Ulmus laevis 084

 

Sous le grain, les arbres décolérés s’endorment

La brise souffle les plaies de l’écorce des ormes  

Frémissent les feuilles dans leur chagrin du soir

L’aube les soignera sous l’or d’un reposoir