Bison_herd_grazing_at_the_National_Bison_Range

Chers lectrices, chers lecteurs, je reçois quelques mails de façon individuelle à propos de ce message intitulé « Coup », je tenais à préciser que toute ressemblance avec des faits réels serait une coïncidence  purement fortuite. Pour autant, je remercie celles ( Petit clin d'oeil à Françoise en particulier) et ceux qui m’ont donné et quelquefois de façon très philosophico-poétique un beau retour épistolaire.

Mes vacances approchent et je m’en réjouis. Je réalise toujours avec autant de plaisir cette chance que j’ai de vivre entre mer et montagnes, de jolis projets pointent çà et là. Une personne de mon entourage proche revient enchantée des vastes contrées du Massachussetts, cela donne envie : Boston, Salem. Il parait que la meilleure saison pour s’y rendre c’est le printemps, alors pourquoi pas ? Il faut juste que je me prépare au terrible accent bostonien, ce qui n’est pas une mince affaire ! (rires)

Plus le temps passe, plus je souhaite gagner en relations de qualité et ce, en toute simplicité : partager des marches en montagne, participer à des rencontres littéraires, philosophiques, voyager, écrire : s’élancer dans le monde !

Alors que le froid commence à s’installer doucement en Béarn, je me plais à penser à quelques séjours océaniques passés en Cantabrie (le vieux Laredo), à Majorque, à La Palma, à Tenerife, à Lanzarote , en Aragon et bien d’autres lieux de villégiature où l’hiver peine à s’installer.

De fait, nous vivons sur une planète où de somptueux paysages fleurissent, jaillissent, il y a tant à découvrir. L’homme l’a quelquefois oublié,il l'a souvent abîmée , probablement parce que le cœur de la terre et celui des hommes ne battent pas toujours à l’unisson : il y a un rythme qu’il ne faut pas dépasser sans courir le risque majeur : celui de tout perdre.Principe de précaution oblige !