baryshnikov in jeune homme et la mort by max waldman

La danse comme « langage gestuel «  innervé par de puissantes intensités, manifeste ce qu’il y a de plus originaire en nous. Elle est un corps qui précède de loin toute apparition d’une enveloppe simplement charnelle. « Pour qui sait bien danser », la danse est jubilatoire, déploiement insolent de puissance.

Pour autant,  l’apparente légèreté du pas ou du saut du danseur n’est qu’illusion. Le mouvement initié par le cœur de l’artiste sollicite les ressources d’énergie les plus intimes. Elles  révèlent les tensions d’un vouloir vivre mêlée à une souplesse étonnamment accueillante : naissance d’une vitalité.

 Transmutation, habitation  de l’espace .  

«  J’ai dit au vent de m’enlever

L’oiseau m’a appris à planer

Et vers le Sud j’ai volé sur la mer » -

( F. Nietzsche- Ainsi parlait Zarathoustra)