Tendenera couchant-1

 (Tendenera - Photo de Démocrite non libre de droits)

Au fur et à mesure que mes pas gravissent ces pentes, je quitte les pins sylvestres pour rejoindre les steppes aragonaises. Libre, je dirige, automnale, ma voile vers les crêtes effilées du Mondoto. La peau de cette montagne respire. Sous mes pieds ses herbes dorées s’agitent. Elles me soulèvent et me transportent vers le bleu de l’azur qui rit à cette terre chaude d’ocres subtilement entremêlés.   

A flanc de montagne, fleurissent les gemmes : émaux et silices discrets d’une terre chamotée. Leurs reflets caressent la surface de mes yeux éblouis. Les formes s'évanouissent, se troublent et se perdent pour épouser enfin, l'invisible éther..