f3ed6d586acd71249b1fd47eee9ce84f

La musique immatérielle par essence, est une force qui interrompt le flux continuum du temps. Elle fait irruption dans nos sens, bouleverse, irrigue nos émotions. Le plus beau signifiant acoustique reste en deçà ou en dehors de toute portée musicale. La musique semble jouer contre ces sons articulés, enfermés par la langue. Elle murmure tout ce qui est caché, elle crée, libre, insoumise les écarts d’un battement de cœur au rythme irrégulier et puissant. Les dimensions spatiales s’abolissent, s’évanouissent, s’effondrent aussi.

Les pieds brulés par le Phénix, le danseur se soulève. Il invente un espace, celui que son corps éprouve, sculpte dans un demi-soupir, dans une clé « hors sol », une ronde blanche : le clair-obscur de son âme.

 Ces notes qui sourdent en moi, où je m’abandonne enfin, ne font-elles pas danser le monde et ses mystères, sans bruit et sans fureur ?