Route des volcans

Route des volcans ( Photo de Démocrite non libre de droits)

 

Nous retournons régulièrement avec mon atomiste sur des îles « néo-cubaines », certaines d’entre elles sont de véritables petits trésors : avec cette douceur de vivre, cette végétation presque tropicale qui couvre les sols volcaniques.

Ce qui me surprend, c’est ce sentiment insulaire qui flotte ça et là, partout dans ces lieux que l’on dirait être « au bord du monde ». C’est en marchant sur des chemins escarpés pour rejoindre les sommets culminants de ces îles que l’on mesure ce point d’exil, cette sensation d’être à la fois « dans » et « hors de soi ».

Rivé sur l’infini de l’espace océanique, le regard dit cet éloignement des terres natales dans un alphabet dont les sons restent silencieux.

«  Le lointain fabrique des miniatures » de mondes imaginés, rêvés, de ce qui nous anime secrètement comme un avant-projet de nous-mêmes.  Et si nous savions lire ce parchemin, quelle nouvelle tonalité prendrait notre existence, que pourrions-nous découvrir : une nature sans artifice, sans faux fuyants, une variation de nous mais sur d’autre thèmes …