13 juin 2018

Stimmung

Certains esprits dépriment profondément, car terriblement sensibles au manque de lumière et de beau temps. Ce matin, je regardais dans le miroir ces grands yeux verts qui mangent mon visage et cette étrange silhouette d’adolescente éternelle. Le reflet me convient et j’ai appris à l’aimer.Le printemps est toujours là me dis-je, malgré les giboulées. Hier après-midi, une étrange nouvelle, surprenante, totalement inattendue… Des mots sont là, posés sur le papier. Que disent-ils, tout ce qui fait mal, tout ce qui inquiète.... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2018

Intranquillité

Certaines traductions en disent long…J’en veux pour preuve le titre du dernier ouvrage paru de Fernando Pessoa livre de l’inquiétude, de l’intranquillité ou que sais-je encore ? Quel est donc ce fond amer qui ronge nécessairement le cœur des hommes, des poètes, des écrivains, des philosophes ? D’aucuns s’acharnent à vouloir réaliser l’impossible, ils sculptent, ils imaginent leur image, ils la confondent avec une réalité qui jamais ne sera incarnée. L’imaginaire et l’univers onirique combleront peut-être cette béance qui les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 mai 2018

De quoi sommes nous faits ?

Je lis un article d’un journal intitulé «  L’antimatière, clé du mystère de l’Univers ? ». Fascinant, lorsque l’on sait que l’Univers se composerait de 70 % d’énergie noire (elle est censée expliquer l’accélération et l’expansion de l’univers), à 26 % de matière noire ( elle expliquerait certaines irrégularités observées dans le mouvement des galaxies) et seulement 4 % de matière ordinaire.( Nous faisons partie de ces 4 %) . Ce qui signifierait que 96 % du contenu de l’univers demeurerait un immense point... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mai 2018

Une familiarité

Je ne connais pas de plus grand plaisir que de se sentir chez soi ailleurs. Il m’arrive de voyager souvent en terre ibérique sur des îles que j’affectionne tout particulièrement. C’est un sentiment étrange qui se dégage, qui m’anime à chaque fois. La langue de ces iliens est la langue de mes origines, de mes grands parents maternels. Elle m’est si familière, si affectueusement familière, c’est indéfinissable.   C’est comme une remontée, une coalescence d’intuitions qui légitime ma présence en ces lieux connus ou presque déjà... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 avril 2018

FIAT

"Une hirondelle ne fait pas le printemps" ( disait Aristote), non il faut bien plus que cela. La qualité majeure pour apprendre à philosopher n'est pas l'intelligence mais le courage. Le "fiat" du courage, c'est d'initier cette vertu inaugurale qui nous permet d'entrer dans l'espace public et de faire évènement.C'est oser quitter sa maisonnée pour faire oeuvre publique par la lexis et la praxis. C'est tisser les fils de la pensée, de sa pensée et de s'y risquer. Clement Rosset l'a fait. Dans le journal du "Monde" de ce vendredi, un... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 19:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 avril 2018

Sage désir

La relation amoureuse est d'emblée biaisée si l'on pense que l'autre est là pour combler un manque ou pour satisfaire une faille nevrotique, narcissique.Il s'agit donc de se libérer de ce désir "pathologique" qui ronge la nature d'un véritable désir ou identifié comme tel. Aimer, ce n'est pas faire plier l'autre à la satisfaction de ses besoins, aimer c'est désirer l'autre dans sa simplicité, dans son caractère insolite, inattendu, dépourvu des oripeaux de toutes représentations. Cela suppose un certain degré de lucidité, de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 19:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 avril 2018

Deux feuillets

   Dans l’Ethique, Spinoza se demandait : "Qu’est-ce que peut un corps ? " Et il répondit : " Personne n’en sait rien." Je partage tout à fait cette assertion.  Pour ma part, mon habitacle extérieur me donne cette chance d’être en harmonie avec lui : de la finesse, de la légèreté et de la grâce aux dires de certains, m’ont depuis longtemps réconciliés avec mon apparence. Pour autant, je me suis toujours étonnée de parvenir à franchir certains obstacles physiques... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 avril 2018

Tout là haut

Teide : 3718 m ( Photo de Démocrite non libre de droits : avril 2018) Ces îles volcaniques néo-cubaines offrent en ce joli mois d’avril à Démocrite et Sibylle un sentiment d’ivresse et de douceur de vivre. Ces terres noires, alcalines et de silice ont jailli jadis des profondeurs sousmarines. Des vents humides soufflent ces éclats de feu au Nord-est de l’île sur les montagnes d’Anaga entre forêts primaires et océan. Près de l'Orotava, se dresse le géant de toute l’Ibérie, mont sacré des guanches, "el echeide" qui signifie... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 mars 2018

AMITIE

    Etrange amitié que celle qui se tissa entre Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway. Deux écrivains, deux talents au style si différent. Pour autant, ils s’aimaient au risque de se détester parfois, mais faussement.   « Dans Paris est une fête » Ernest Hemingway écrivait « le pis, c’est quand vous êtes séparé d’un ami par l’esprit ». Avez-vous déjà éprouvé une forte connivence avec un être où tout ce qui vous relie dépasse la simple attirance physique, où quelque chose de singulier s’immisce... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 janvier 2018

Pictural

Il existe plusieurs façons d’être-au-monde, celle qui consiste à se laisser aller dans le flux, le fourmillement de l’hyper activité, de l’hyper relationnel, pour éviter de penser son soi, de se re-garder, de se ressentir. Faut-il se l’avouer, la solitude, pire l’esseulement nous inquiète, nous projette dans « un avoir à être » qui menace notre équilibre, notre intégrité. Alors, il faut faire semblant d’être et de paraître. Convention que tout cela, convention de feindre, de sourire, de parler à bâtons rompus, d’être ami... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,