14 septembre 2018

Une rencontre

Ces belles journées de septembre ne cessent de nous donner la douce illusion que nous sommes toujours en vacances. Le week-end dernier nous étions au bord de l’océan avec ses températures somme toute très « amicales » qui nous permettent encore de nous baigner : quelle chance ! Comme il est heureux de pouvoir pleinement profiter de ces lieux magnifiques que nous réservent nos envies de vagabonder. Ces souvenirs en images et en textes sont rassemblés dans un très beau livre intitulé « Sibylle et Démocrite au... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 septembre 2018

Ephémère

( Pic Merlheu - juillet 2018)    Beauté suprême du Lac Bleu (Pic Merlheu) qui stimule l’imagination et vous invite au silence. Sa couleur intense n’a d’égale que son extrême profondeur (150 mètres). Un ciel renversé, miroir d’ étoiles à la nuit tombée. Ce jour-là nous étions seuls sur ces crêtes, quelques rapaces déchiraient l’azur. L’onde du lac était calme, une brise murmurait bien des secrets, ceux-là mêmes qu’il faut savoir entendre. Sur une pierre, près du cairn deux noms sont gravés : Sib et Dem :... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 septembre 2018

Les guises de l'être

( Vue du Castillo d' Acher en Aragon - Photo de Démocrite aout 2018) Ces vacances d’été furent l’occasion de vagabonder entre océan ( Landes et Pays basque)  et montagne jusqu’au Nord de l’Espagne, dans la très belle vallée d’ Hecho. Sur les pentes solitaires du Visaurin (2669 mètres), nous pûmes, sous la barre rocheuse, contempler çà et là, la floraison tardive de quelques pousses légères auréolées de jaunes et de blanc immaculé. Sur ce splendide sommet, c’est un atlas des crêtes pyrénéennes et espagnoles qui se... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 juin 2018

Lumineuse

    "Quoi que dise de moi le commun des mortels (car je n’ignore pas tout le mal qu’on entend dire de la Folie, même auprès des plus fous), c’est pourtant moi, et moi seule, qui, grâce à mon pouvoir surnaturel, répands la joie sur les dieux et les hommes. Je viens encore d’en donner la preuve éclatante ; à peine ai-je paru au milieu de cette nombreuse assemblée, pour prendre la parole, que tous les visages ont aussitôt été éclairés par la gaieté la plus nouvelle et la plus insolite ; tous les fronts se sont tout de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2018

L'intervalle

Nous avançons dans le lapiaz de la Pierre Saint-Martin aux diaclases élargies, serait-ce là le « Mordor » ? L’arrivée à ce sommet semble suspendre Chronos dans son élan, tant l’horizon l’agrandit. Elle immobilise les montagnards pourtant aguerris. Une brise légère caresse nos visages, sans doute pour mieux nous porter sur ces crêtes lumineuses. La tranquillité des cimes répare le souffle. De fait, on respire mieux dans l’illimité. A mes pieds, des petits jardins miniatures résonnent dans ce chant printanier de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 juin 2018

Stimmung

Certains esprits dépriment profondément, car terriblement sensibles au manque de lumière et de beau temps. Ce matin, je regardais dans le miroir ces grands yeux verts qui mangent mon visage et cette étrange silhouette d’adolescente éternelle. Le reflet me convient et j’ai appris à l’aimer.Le printemps est toujours là me dis-je, malgré les giboulées. Hier après-midi, une étrange nouvelle, surprenante, totalement inattendue… Des mots sont là, posés sur le papier. Que disent-ils, tout ce qui fait mal, tout ce qui inquiète.... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juin 2018

Intranquillité

Certaines traductions en disent long…J’en veux pour preuve le titre du dernier ouvrage paru de Fernando Pessoa livre de l’inquiétude, de l’intranquillité ou que sais-je encore ? Quel est donc ce fond amer qui ronge nécessairement le cœur des hommes, des poètes, des écrivains, des philosophes ? D’aucuns s’acharnent à vouloir réaliser l’impossible, ils sculptent, ils imaginent leur image, ils la confondent avec une réalité qui jamais ne sera incarnée. L’imaginaire et l’univers onirique combleront peut-être cette béance qui les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 mai 2018

De quoi sommes nous faits ?

Je lis un article d’un journal intitulé «  L’antimatière, clé du mystère de l’Univers ? ». Fascinant, lorsque l’on sait que l’Univers se composerait de 70 % d’énergie noire (elle est censée expliquer l’accélération et l’expansion de l’univers), à 26 % de matière noire ( elle expliquerait certaines irrégularités observées dans le mouvement des galaxies) et seulement 4 % de matière ordinaire.( Nous faisons partie de ces 4 %) . Ce qui signifierait que 96 % du contenu de l’univers demeurerait un immense point... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mai 2018

Une familiarité

Je ne connais pas de plus grand plaisir que de se sentir chez soi ailleurs. Il m’arrive de voyager souvent en terre ibérique sur des îles que j’affectionne tout particulièrement. C’est un sentiment étrange qui se dégage, qui m’anime à chaque fois. La langue de ces iliens est la langue de mes origines, de mes grands parents maternels. Elle m’est si familière, si affectueusement familière, c’est indéfinissable.   C’est comme une remontée, une coalescence d’intuitions qui légitime ma présence en ces lieux connus ou presque déjà... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 avril 2018

FIAT

"Une hirondelle ne fait pas le printemps" ( disait Aristote), non il faut bien plus que cela. La qualité majeure pour apprendre à philosopher n'est pas l'intelligence mais le courage. Le "fiat" du courage, c'est d'initier cette vertu inaugurale qui nous permet d'entrer dans l'espace public et de faire évènement.C'est oser quitter sa maisonnée pour faire oeuvre publique par la lexis et la praxis. C'est tisser les fils de la pensée, de sa pensée et de s'y risquer. Clement Rosset l'a fait. Dans le journal du "Monde" de ce vendredi, un... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 19:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,