01 octobre 2013

Vie intérieure

Une fin d’après-midi d’automne s’étire lentement sous un halo de douceur. Quelques effluves de pins et de bruyère épousent çà et là les courants ascensionnels de l’éther azuré. Hors champ, dans la cité tous les êtres s’agitent, racontent et déploient leur pseudo-savoir être, leur pseudo-savoir dire, leur savoir paraître : pour le moins authentique celui-là. Une sensation de dualité m’envahit : un –deux- en –un, un mouvement réflexif du « je » déchire l’apparent solipsisme. Une tournure du regard opère alors un... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

24 septembre 2013

Rire

Le Rire :  On ne tue pas par la colère, mais on tue par le rire. Allons, tuons l'esprit de pesanteur ! (Nietzsche. Ainsi parlait Zarathoustra) Il est tout à fait sérieux de s’interroger sur la signification du rire ! Et même si apparemment c’est un tout petit problème, la plume de la plupart des philosophes reste assez sèche sur ce sujet à l’exception de Bergson. A cet égard, Thomas Hobbes abordera cet aspect dans The Elements of Law natural et politic (XVII), en écrivant ceci : « Il est une passion qui... [Lire la suite]
Posté par sein und zeit à 16:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
11 septembre 2013

Songe

Le temps est venu pour savoir se poser, hors des tribulations citadines. C’est l’été indien qui s’annonce avec son cortège de douceurs et ses couleurs pourpres. A mi chemin de la vie, à mi sentes des crêtes d’altitude, mon humeur vagabonde. Je ferme mes yeux. J'exhale dans un soupir les eaux dormantes d’une mélancolie passagère. Cette petite voix, cet être double qui, d’un jour à l’autre me tient dans l’existence, murmure la quête d’un gîte, celle d’un vouloir -vivre immémorial loin de ces gouffres amers. Au fond de l’azur,... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2013

L'amitié

Récemment encore j’échangeais sur l’essence d’une amitié réelle avec une personne tombée sous la déception de comportements dits de « contre nature » amicale. De fait, force est de constater qu’il existe « des amitiés » de façade, d’intérêt strictement personnel, d’agrément aussi. Est bon ce qui m’est utile, ce qui m’enrichit, dussé - je tromper l’autre par des tours de passe passe, des actions souterraines ou autres malversations peu avouables. Promesses non tenues, rompues pour des résultats personnels... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
17 août 2013

Mensonge de la vérité

    Le « je pense doit pouvoir accompagner toutes mes représentations » » (Kant- Anthropologie d’un point de vue pragmatique) : ce pouvoir du  « Je pense » élèverait l'homme au-dessus de tous les autres êtres vivants. En effet, l’homme est une personne grâce à l'unité de sa conscience immuable malgré tous les changements qui peuvent lui survenir. Pour autant, cette unité :  précieuse monade en apparence est la cause de tous ses maux : le plus grand, le plus insidieux, le plus... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:35 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
13 août 2013

Ravissement

Comme toutes les tribulations humaines paraissent dérisoires, nulles et sans objet au regard de ces lieux féeriques. El Roque de « Los Muchachos » (2426 mètres) La Palma, haut lieu sensationnel tutoie, à une altitude improbable les plus beaux corps célestes, éclairés chaque nuit par une forêt de constellations. Chaque poussière d’étoile recèle en son cœur un grain d’humanité primitive : probablement l’origine du monde. Stupéfaction ! Ces « jeunes garçons » : Los Muchachos, gardiens... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2013

Résonance

Un encart de presse ce matin avec ce titre «  Se contenter de vivre, quand on n’est pas mort ». Une résonance, un écho, un retentissement inattendu. Rien ne sera plus jamais comme autrefois. Singularité de l’avant- Singularité de l’après…Le voile se déchire, les masques tombent. Comment ne pas prendre conscience de cette joie d’être aujourd’hui vivante ou d’être devenue malgré soi une sur-vivante ? J’ouvre mes yeux sur le monde avec des types nouveaux de vision : devant moi se déploie un arbre de la vie aux... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
06 juin 2013

Un être sans passé

Etrange comportement que celui qui consiste à se voiler la face. Certaines attitudes d’hommes ou de femmes transpirent le déni à l’égard de leurs propres sentiments amoureux, affectifs. Faire semblant d’être libéré des fantômes du passé, en jouant la carte de l’indifférence, et se prétendre au dessus de tous ressentiments malgré soi est, me semble –il, un jeu très dangereux. Le corps lui, ne ment pas, le cœur bat vite, le regard s’humecte d’un afflux trop fort de liquide lacrymal, les mains tremblent, le ton de la voix se... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mai 2013

Le noeud

  Il m’arrive de me sentir étrangère à tout ce qui m’entoure et ce d’autant plus que les causes ne sont pas clairement identifiables. Spectateur du monde, spectateur de soi aussi. Désolation, tristesse, ennui, vexation, agacement suscitent quelquefois, un mouvement de fuite, une extraction mentale ou psychologique à l’égard du monde et de la présence d’autrui. Stupéfaction ! En pareilles circonstances, un ami me dirait : « Tu es trop réactive ! », à tort probablement je l’avoue. La véritable question... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:58 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2013

Signes

  « Parler à quelqu'un, c'est accepter de ne pas l'introduire dans le système des choses à savoir ou des êtres à connaître, c'est le reconnaître inconnu et l'accueillir étranger, sans l'obliger à rompre sa différence. (Maurice Blanchot). En ce sens, la parole serait la terre promise où l'exil s'accomplirait en séjour.Là est toute la difficulté. Sommes-nous capables d’être exemptés de tous préjugés, de voir ainsi autrui avec des yeux toujours nouveaux de vision, dans sa spontanéité ou sa nudité la plus radicale. L’esprit qui... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:57 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,