20 février 2013

Question de goût

Tout récemment encore j’assistais à une intervention d’un enseignant-écrivain philosophe dont les propos portaient sur « Le beau une éducation esthétique ». Il s’agissait pour lui d’établir la distinction, procédé strictement binaire, entre le philistin au goût puéril : spectateur d’art contemporain et l’amateur d’art : l’esthète amoureux de l’art moderne. Le premier incarnerait le « simple quidam »», adepte des parcours culturels fléchés, des installations et pitoyables mises en scène d’expositions... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 février 2013

La Cité de la joie

Il me plait aujourd’hui de pouvoir enfin renoncer aux plaisirs dits non nécessaires (richesses, désir de gloriole, amours impossibles) superfétatoires, comme à toutes ces fausses croyances jadis construites dans mon imagination et mon cœur d’enfant.Principe de réalité oblige. La lucidité qui m’anime me donne au fond une chance inouïe, celle de percevoir tous ces sortilèges que le commun s’évertue à produire. Ces faux amours, ces amitiés d’étoiles, ornementations de façade tombent derechef en lambeaux devant mes yeux lassés par... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
05 février 2013

Un savoir qui s'ignore

( Eveil du printemps) Savoir juste pour savoir, savoir pour satisfaire sa curiosité intellectuelle ou pour poursuivre à l’infini des bavardages intempestifs de la série des oui dire ou éternels clabaudages, n’est pas le champ existentiel qui me plait d’explorer en ces lieux. Cet appétit là de traquer l’information suscite en réalité peu d’intérêt, il satisfait  quelques vils et bas instincts Les voies qui m’importent d’emprunter en ces temps de détresse vis-à-vis de l’authentique questionner sont celles qui dessinent les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
30 janvier 2013

La solitude

La solitude n’est ni l’esseulement, ni l’isolement. Ces deux états, me semble t-il, relèvent d’une forme de pathologie psychique puisqu’ils sont vécus à la fois sous la forme de l’absence des autres et de l'absence de la conscience de soi. Nous pouvons les expérimenter régulièrement lorsque nous sommes affairés, « la tête dans le guidon », dévorés par un travail ou bien absorbés par une lecture passionnante. Dans cette situation la présence des autres me gêne et je suis "moi même" absente, curieux paradoxe, à ma... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
09 janvier 2013

Silence

Le silence et l’absence battent la même mesure, au-delà de la ronde, en deçà de la croche : une musique du cœur : oscillation hors « chant », sous la baguette du rythme in-sensé du vivre.  (Sibylle)
Posté par Sibyllinne à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 janvier 2013

La reconnaissance

La lutte pour la re-connaissance (Connaissance vient de conascere qui signifie « naître avec ») est au cœur des relations humaines. Chacun de nous la « sait », la sent, la devine, la cherche et l’expérimente au quotidien. Pour autant, rares sont les sujets de conversation mondains, intra-mondains qui osent la prendre à bras- le -corps au cœur de ces échanges interlocutoires. Je tais ici volontairement l’aspect juridique où le politique a légiféré à maintes reprises sur le plan des droits civiques, centrés... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:25 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

18 décembre 2012

L'azur : une aurore permanente

  Un grand merci à Démocrite pour cette superbe photographie http://meridion.canalblog.com/  Les cieux veillent, protègent ces sommets aux crêtes effilées.Imperceptibles glissements de stratus enchâssés sur une voie céleste. Ce vaporeux tracé de nuages, dans sa marche silencieuse nous invite à la déprise. Destination vers l’ailleurs : les monts de l’Olympe.En attendant le frémissement des nuages,Iris, ladouce et belle messagère, déesse ailée, s’est endormie avec sa palette de couleurs–Respiration... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
13 décembre 2012

Etrangèreté

Si je devais représenter mon corps, quels seraient les mots, les gestes ou le graphisme que je pourrais employer pour en donner une esquisse. L’exercice est redoutable. Il est « mien » et pourtant je ne le vois pas. Un corps d’adolescente me disent les uns, inclassable répondent les autres. Pour autant, n’est-ce pas mon propre cœur que je sens battre dans cette étrange enveloppe ? Je l’habite de « l’intérieur », je suis la seule à le sentir, à pouvoir lui parler comme à un ami, un doux compagnon et pour lui... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
13 décembre 2012

Aimer

 Aimer, c’est reconnaître l’existence d’un rythme que nul ne peut évoquer ou raconter car il est sien, celui d’un bourgeonnement du vivre dans la tonalité qui nous ressemble.( Sibylle)
Posté par Sibyllinne à 11:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 décembre 2012

Habiter un monde

Assisse à la terrasse d'un café, je m'abstrais mentalement quelques instants de cette foule passante, bruyante, de ces badauds pressés. Par quoi d'ailleurs le savent-ils au fond d'eux-mêmes ? Semblables à des insectes, à des cloportes, ils vaquent à leurs occupations, ils se faufilent, se bousculent, se heurtent quelquefois, dans un tumulte assourdissant voire incessant. Le temps de l'horloge, en véritable chef d'orchestre impose son rythme, sa mesure ou plutôt sa démesure. Ces attitudes humaines sont toutes structurées,... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]