20 mars 2013

Les sources du silence

C’est à la sérénité intérieure à laquelle j’aspire aujourd’hui malgré ma jeunesse, somme toute très relative. Le temps des relations frivoles ou passionnées comme le leurre : pure chimère d’une union parfaite entre deux âmes, ne rencontre plus aucune grâce à mes yeux. La possession de l’autre, la jalousie sont un combat vain et stérile, destructeur pour celui qui s’y risque. . On ne force ni les êtres, ni la nature. C’est vers l’amour sublime que je me tourne, mu par un désir, plus doux, plus salvateur, qui tend vers la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 17:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mars 2013

Respiration

    .   Chacun de nous a expérimenté au moins une fois dans sa vie le changement d’habitation. Quitter son lieu de résidence pour s’abriter sous une hutte, un autre gite, bouleverse souvent nos douces habitudes. D’aucuns vivent cette « affaire » comme un déracinement voire même comme un violent traumatisme. La maison, « le dedans », nous le savons, est notre mère. Cela peut s’entendre et se comprendre au regard du motif ayant provoqué de pareils changements. Pour ma part, c’est... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mars 2013

Origine

  Nous naissons, pour ainsi dire, provisoirement, quelque part, c’est peu à peu que nous composons en nous le lieu de notre origine, pour y naître après coup, et chaque jour plus définitivement. (Rainer Marie Rilke).   Au moment opportun( Kairos), il faut savoir être au cœur de la recomposition des origines comme processus d’individuation et de réappropriation de soi par soi …n’est-ce pas là l’essentiel de notre existence. ( Sibylle)
Posté par Sibyllinne à 14:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mars 2013

Le paysage

Le paysage est à la fois le phénomène le plus proche et le plus lointain, le plus indicible et le plus incertain. En effet, le « paysage » ne donne-t-il pas toujours à penser une valse de concepts, de mots qui s’enlacent, se croisent comme la nature, l’espace, le volume, le temps, la perception, la structure, la terre, le cosmos, la forme, le mouvement, le rythme, le visible/invisible ? Penser le paysage, ce n'est pas représenter un ensemble d'ob-jets assemblés ou accumulés qu'on observerait en surplomb, en survol ou en face, comme... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
20 février 2013

Question de goût

Tout récemment encore j’assistais à une intervention d’un enseignant-écrivain philosophe dont les propos portaient sur « Le beau une éducation esthétique ». Il s’agissait pour lui d’établir la distinction, procédé strictement binaire, entre le philistin au goût puéril : spectateur d’art contemporain et l’amateur d’art : l’esthète amoureux de l’art moderne. Le premier incarnerait le « simple quidam »», adepte des parcours culturels fléchés, des installations et pitoyables mises en scène d’expositions... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2013

La Cité de la joie

Il me plait aujourd’hui de pouvoir enfin renoncer aux plaisirs dits non nécessaires (richesses, désir de gloriole, amours impossibles) superfétatoires, comme à toutes ces fausses croyances jadis construites dans mon imagination et mon cœur d’enfant.Principe de réalité oblige. La lucidité qui m’anime me donne au fond une chance inouïe, celle de percevoir tous ces sortilèges que le commun s’évertue à produire. Ces faux amours, ces amitiés d’étoiles, ornementations de façade tombent derechef en lambeaux devant mes yeux lassés par... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

05 février 2013

Un savoir qui s'ignore

( Eveil du printemps) Savoir juste pour savoir, savoir pour satisfaire sa curiosité intellectuelle ou pour poursuivre à l’infini des bavardages intempestifs de la série des oui dire ou éternels clabaudages, n’est pas le champ existentiel qui me plait d’explorer en ces lieux. Cet appétit là de traquer l’information suscite en réalité peu d’intérêt, il satisfait  quelques vils et bas instincts Les voies qui m’importent d’emprunter en ces temps de détresse vis-à-vis de l’authentique questionner sont celles qui dessinent les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
30 janvier 2013

La solitude

La solitude n’est ni l’esseulement, ni l’isolement. Ces deux états, me semble t-il, relèvent d’une forme de pathologie psychique puisqu’ils sont vécus à la fois sous la forme de l’absence des autres et de l'absence de la conscience de soi. Nous pouvons les expérimenter régulièrement lorsque nous sommes affairés, « la tête dans le guidon », dévorés par un travail ou bien absorbés par une lecture passionnante. Dans cette situation la présence des autres me gêne et je suis "moi même" absente, curieux paradoxe, à ma... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
09 janvier 2013

Silence

Le silence et l’absence battent la même mesure, au-delà de la ronde, en deçà de la croche : une musique du cœur : oscillation hors « chant », sous la baguette du rythme in-sensé du vivre.  (Sibylle)
Posté par Sibyllinne à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 janvier 2013

La reconnaissance

La lutte pour la re-connaissance (Connaissance vient de conascere qui signifie « naître avec ») est au cœur des relations humaines. Chacun de nous la « sait », la sent, la devine, la cherche et l’expérimente au quotidien. Pour autant, rares sont les sujets de conversation mondains, intra-mondains qui osent la prendre à bras- le -corps au cœur de ces échanges interlocutoires. Je tais ici volontairement l’aspect juridique où le politique a légiféré à maintes reprises sur le plan des droits civiques, centrés... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:25 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,