03 novembre 2015

l'INTIME

( Los Tilos - La Palma) Des mondes et des jardins miniatures habitent mon être, pour autant, mon espace est sans dehors ni dedans. Je suis entre les brindilles des épicéas, entre les rochers autour desquels l’eau torrentielle dévale, entre chaque battement d’aile de papillons qui virevoltent. Devenue Invisible, je me soustrais à tout regard. Etrange sensation. Mes pas effleurent la montagne, je sais qu’elle ne me sent pas. Légèreté, légèreté,  insoutenable légèreté : suis-je vraiment là ? Parfois, l’espace de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 novembre 2015

AMOR FATI

  « Que dirais-tu si un jour, si une nuit , un démon se glissait jusque dans ta solitude la plus reculée et te dise : « Cette vie telle que tu l’as vécue, tu devras la vivre encore une fois et d’innombrables fois ; et il n’y aura rien de nouveau en elle, si ce n’est que chaque douleur et chaque plaisir, chaque pensée et chaque gémissement et tout ce qu’il y a d’indiciblement petit et grand dans ta vie devront revenir pour toi, et le tout dans le même ordre et la même succession […]. L’éternel sablier de l’existence... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 octobre 2015

PASO DOBLE

Dans un écrin de lave et de montagne une plage à l’accès improbable sculpte des hautes falaises. Son nom résonne comme un paso doble, une danse à deux ou trois temps : Nogales. Cette eau tumultueuse réveille l’énergie, une force de vie trop souvent contrainte et mise en sommeil par l’apathie des humains. Comment croire que cela nous anime vraiment, intimement, que cet élan vital subsiste dans ce flot passager de notre propre existence ? Privilège peut-être d’une clairvoyance éphémère qui ouvre l’espace de notre... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
27 octobre 2015

L'ILE AUX ABIMES

( La Palma : le 24 octobre 2015)   Sur ces hauteurs improbables de la Caldeira (2426 mètres) nous marchons sur un petit chemin de lave. Peu à peu, notre inconscient se creuse dans un abîme imaginaire, onirique. Curieusement, le sentiment insulaire sape tous ces liens que nous avons avec notre quotidien, avec ces actions superfétatoires, ces affairements que nous entretenons pour tenter de nous convaincre que nous sommes bien là dans ce monde. Cet espace terrien, stellaire aussi nous enveloppe d’une sensation aigüe... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 septembre 2015

L'HORIZON S'ACCOMPLIT

(Ordesa : 19 septembre 2015) Nombreux sont les lacets de terre que nos pas ont foulés pour gravir le sommet. Enracinement et légèreté se côtoient sans pour autant se confondre. Dans leur ballet aérien, des compagnons de l’azur cernent, éclairent, enchâssent parfois le sentier emprunté par le marcheur solitaire. Sur ce promontoire au-delà du monde : s’immiscent d’étranges épousailles entre l’apollinien et le dionysien. Au loin quelques prémices hivernales disputent sans violence les blandices automnales. Le pin se... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 septembre 2015

Vague à l'âme

( Cala Sonabia - Cantabrie- 26 août 2015) Un sentiment d’impermanence s’effondre dans la vague marine. Toujours jeune, elle inaugure un souffle nouveau. Les embruns respirent cette langueur de la houle, s’élèvent dans les nuées d’un ciel sans nuages.  Les crêtes des flots brûlent à l’horizon sous un soleil d'été : éblouissantes visions. Des rêves troublants glissent ici sur les eaux, que l’on aime et désire toujours immémoriales...
Posté par Sibyllinne à 14:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 juillet 2015

L'écorce

De fait, la montagne nous hisse vers des hauteurs improbables, là où l’air devient enfin respirable. Ce promontoire est  se situe au-delà du monde des hommes, de leur charivari et de leurs turbulences. Celui qui sait voir, peut observer cette peau peut-être meurtrie, fissurée, plissée par les éléments, et courbée par les ans. Pour autant, l’écorce de la montagne respire. Elle se pare toujours de ses plus beaux effets. Des calcaires cendrés taquinent quelques brins d’herbe qui secrètement pansent ses plaies. L’excellent vol... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 juillet 2015

Le flux

  La rêverie diurne est d’une force incroyable, elle vous soustrait à la présence de vos contemporains par un écart de part et d’autre apparemment infranchissable.. Dans cet emportement, la vie sociale gît là sous nos yeux happés par l’ailleurs. Au fur et à mesure que le moi s’accroît le monde devient de plus en plus silencieux. L’esprit se laisse alors embarquer en terra incognita, dans ce non encore advenu : ce lieu de l’indicible qui réserve, le pense t-on , toutes ses promesses.. La rêverie soigne les maux, les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 12:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juin 2015

Les Fleurs

Certaines fleurs ne fanent jamais,  celles-là même que l’on cueille à loisir dans son jardin psychique. Le souffle est leur bourgeon, une aube, un germe de vie, la sève de la ramille qui irrigue çà et là chaque petit vaisseau.  
Posté par Sibyllinne à 11:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2015

REFLUX

Les enfants maudits trouvent souvent leur autre soi même dans les profondeurs océaniques. Ces roulis incessants hantent ces espaces où l'âme gronde et rugit. Les crêtes argentées des vagues donnent cet éclat qui fait mal , celui des fleurs du Parnasse qui a fâné cette enfance. L'eau tumultueuse frappe et réveille le cri primordial de cette venue au monde.Le premier souffle est celui du déchirement, de la séparation, plus tard de l'abandon voire même du rejet. Etonnantes vibrations, le flux et le reflux des vagues jouent une drôle de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,