02 octobre 2014

Le voile

Un  rêve d’élévation, de césure, s’immisce de plus en plus dans ce rythme insensé de l’omi prévisibilité. Lasse ! Ces mots jonchés sur la terre et ceux qui virevoltent dans les airs l’expriment avec force. L’autre, arrimé à ses chaînes, perd de sa densité car il insiste toujours et encore à contre-courant et contre toute attente. Le désir "d’ailleurs" couve dans mon âme, plus sûrement que les cendres d’hiver d’ores et déjà éteintes pourraient un jour renaître. Je voudrais quitter cet horizon, pour retrouver cette... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 août 2014

Heureux malgré soi

  Le bonheur, le bonheur il court il court ..ce curieux garnement. Il est très difficile de le trouver en soi comme de le trouver à l’extérieur, ailleurs. Pour Pascal s’approcher du bonheur c’est éprouver un sentiment ambigu, comme celui qui vous permet de dire que : «  l’on aime le brouillard par beau temps ». Clément Rosset tiendra une définition on ne peut plus fine et juste du bonheur : « c’est le mystère de l’humeur personnelle » ce qui provoque ou suscite, en termes pascaliens, des bouffées... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 19:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mai 2014

L'archer

  « L’homme est un être des lointains » (Heidegger), c'est-à-dire qu’il est essentiellement absence, absent à lui-même et pourtant c’est comme un être terriblement existant qu’il s’éprouve dans cette absence. L’expérience de ce non continuum du flux de l’existence n’est au fond que celle d’un crépuscule quotidien jamais atteint mais simplement vécu au cœur d’une tempête ek-statique : les guises du temps.. De cette invisible tension émise par l’archer sur l’encoche temporelle du proche et du lointain, jaillit la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mai 2014

Prendre soin de soi

J’aime souvent prendre en compte le point de vue de la conscience  commune et son cortège d’expressions employées ici et là. Pour autant, je ferais une exception quant à l’absence de distinction ou principe d’équivalence qu’elle effectue volontiers entre le moi et le soi. En effet, la question se pose eu égard à la nature du sujet, ce que le « moi » et le « soi » recouvrent précisément comme signification. La langue française est pauvre en la matière et c’est plutôt vers la langue allemande que je me... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 décembre 2013

La virtuosité

    L’adolescence est une période de l’existence réputée difficile à vivre, à la fois pour les parents souvent désorientés et l’adolescent (e) lui-même.De fait, c’est une phase délicate où l’individu est sommé de construire la passerelle qui lui permettra de trouver la bonne tension ou courbure de l’arc pour passer d’un monde proximal, familier à l’espace public dont la dimension moralisante, unitaire peut effrayer l’adolescent.En effet, il lui faut accepter de quitter cette sphère d’attachement, ce cocon affectif dans... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2013

Balbutiements

Hier soir, je me promenais, j’errais, je flânais dans une librairie, tout d’un coup me voilà nez à nez, accrochée, happée par un titre d’ouvrage «  De l’inconvénient d’être né »… Hum, hum « incroyable pensais-je ». Je m’empresse de parcourir la quatrième de couverture et là, je découvre un texte extraordinaire, le voici. «  Le temps qui nous précède, le temps d’avant le temps nous appartient en propre, et nous rejoignons, non pas notre figure, qui n’est rien, mais cette virtualité bienheureuse où nous... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2013

Eloge du risque

Texte de Rainer Maria Rilke (4 juillet 1924)   Chers lecteurs, voici le résultat d’un échange avec mes amis de Philoaletheia, je vous demande d’être magnanimes quant à la traduction proposée ici du texte de Rilke. Je voudrais également remercier l’auteur de cette poésie magnifique (extraite de son ouvrage intitulé " A La lisière du réel"), insérée entre les lignes de ce commentaire, qui à l’évidence se reconnaitra. Nous voici en prise avec la magie de l’acte poétique qui sait donner le rythme, celui là même qui... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2013

Cultiver l'authentique

Comme il semble difficile d’éprouver lors de relations inter-subjectives, voire même amicales le plaisir de l’authenticité. L’authenticité (du grec : authenthês « qui agit par soi même »): une vérité sur soi et de soi avec soi vécue sous le mode de l’exigence, d’un impératif, d’un devoir, qui serait le contraire de la mauvaise foi. Le sujet serait fidèle à lui-même en quelque sorte, en adéquation avec ce qu’il est ou ce qu’il pense qu’il est, sachant que l’on a perpétuellement à être ce que l’on est et que la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:12 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
17 janvier 2013

La peau : un voyage de soi vers soi

( Photo de Démocrite)         La peau est une membrane, une enveloppe recouvrant notre corps, qui nous relie et nous sépare du monde, d’autrui également. La peau est marquée des signes de l’apparence par sa pigmentation, sa couleur et son grain. Elle est donc avant tout une surface d'inscription de notre état du corps, de notre état d’esprit aussi : joie de vivre ou dépression. Quelques marqueurs du temps transforment cette membrane avec l’apparition des rides, de tâches brunes, de perte de la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2012

Le Génie

« A part » des autres, le génie est en reste de lui-même parce qu’il se tient en excès. Absence possible d’adéquation de soi avec soi, son être se tient toujours d’ores et déjà en devancement de lui-même. Probablement a-t-il le sentiment d’être emporté, happé par un rythme infernal, peut-être celui de l’extra-ordinaire raison enfantine, indomptable, immédiate, par une sorte «d’intuition de génie » : « lorgnette merveilleuse qui lui donnerait un accès direct à l’être » et battrait en brèche toute forme... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,