30 juin 2015

LE SENSIBLE

  ( Gérard Granel professeur à L'université de Toulouse le Mirail - Ici, sa rencontre avec Martin Heidegger dont il traduisit l'ouvrage intitulé " Qu'appelle t-on penser ?) Pour déterminer ce qu’est le "faire-monde", Gérard Granel sollicitait la phénoménologie qu’il concevait comme une "philosophie de l’Ouvert" faisant retour à notre mode fondamental d’être-au-monde à savoir la perception.  En effet, "L’offre du sensible" se manifeste surtout et d’ores et dèjà dans son retrait, dans l’interstice ou célèbre distinction... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2015

La "part de l'oeil"

  (Qu'il me soit ici permis de remercier chaleureusement Madame Eliane Escoubas pour avoir eu le bonheur de participer à ses cours) Il m’arrive souvent de penser à une personne que je considère être une « grande dame » malgré sa taille moyenne. J’ai eu la chance de la croiser voici plus de vingt cinq ans au sein de l’UFR de philosophie de Toulouse le Mirail. Chaque mardi matin, nous étions, nous élèves de licence en philosophie en cours de phénoménologie avec E. Escoubas, helléniste, germaniste, latiniste etc…... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 juin 2015

REFLUX

Les enfants maudits trouvent souvent leur autre soi même dans les profondeurs océaniques. Ces roulis incessants hantent ces espaces où l'âme gronde et rugit. Les crêtes argentées des vagues donnent cet éclat qui fait mal , celui des fleurs du Parnasse qui a fâné cette enfance. L'eau tumultueuse frappe et réveille le cri primordial de cette venue au monde.Le premier souffle est celui du déchirement, de la séparation, plus tard de l'abandon voire même du rejet. Etonnantes vibrations, le flux et le reflux des vagues jouent une drôle de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 juin 2015

Le SOI

( Levinas-Le Visage) Le souci infini que l’on peut porter sur son apparence est une véritable camisole de forces que l’on revêt sur son corps comme sur son esprit. Il faut plaire à tout prix, être admiré, être envié, désiré toujours et encore …Embrigadé par ses propres craintes, le séducteur ou la séductrice est rongé par un fond d’angoisse dont l’objet lui échappe mais qu’il tente de recouvrir chaque jour davantage debout face à leur miroir.Se voiler la face plutôt que d'aller voir... Je regarde mon visage ce matin et ce que... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 juin 2015

LA DETTE

  Un sujet de bac de philo ce matin : «  La politique échappe-t-elle à la vérité ? » Vérité du mensonge, rhétorique du mensonge de la vérité. Toute la difficulté ici est de savoir ce que recouvre le terme de vérité. Il n’est pas question ici pour moi de traiter ce sujet mais simplement de soulever quelques interrogations. Quel type de vérité peut émerger sous le régime de l’opinion à laquelle s’attache le discours politique rodé, stéréotypé, manipulateur ? En effet, L’opinion dont il s’agit... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 juin 2015

LA JOIE

  La joie vient lorsque, attaché au meilleur de soi, on s'applique de toutes ses forces à le préserver. Je ne connais pas de trésor plus précieux que cette sensation de vouloir persévérer dans ce bien être, et de la sorte, d’éprouver un dynamisme, une puissance d’exister. Maintenir cet équilibre relève du bon sens et bon sentiment ou tout simplement témoigne du respect que l’on se doit à minima à l’égard de soi-même. La joie nait de ce « çà-voir » adéquat, de cette autonomie ou cohérence intérieure à laquelle doit... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 juin 2015

L'ASCENSION

  Le moutonnement des nuages, caresse indifféremment ces crêtes sans frontières. Elles donnent aux humains que nous sommes une belle leçon d’humilité. Les mains s’agrippent à quelques rugosités, les pieds caressent et se faufilent dans les cavités pierreuses. Il suffit juste de se porter et de se soulever grâce à ces points d’attaches sculptés dans la roche d’hier et d’aujourd’hui. La montagne n’appartient à personne. Dans ce périple ascensionnel, l’astre du jour réchauffe la paroi de ces monts escarpés, célestes aussi,... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 juin 2015

LE VIDE

  Le vide comme entité mineure, non localisable, aux frontières des ombres, des courbes, des épaisseurs passe « inaperçu » n’est-il pas de surcroit la condition de toute visibilité ? Sa force est de ne pas apparaitre là d’emblée ou plutôt de surgir toujours d’ores et déjà dans ce que nous considérons comme un manque à être ( au sens classique du terme) et pourtant nous pressentons une omniprésence du vide. Il insiste dans sa non apparition : présence d’une absence.. Vide perceptif, politique,... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
19 mai 2015

LES AILES ONIRIQUES

L’envol onirique crée une émotion, un flottement aérien. A cet instant, c’est l’oubli de notre relation à la terre qui domine. Et, si nous revenons vers elle, c’est pour aussitôt reprendre de la hauteur vers les lointains rivages de nébulosités. Les ailes oniriques se déploient silencieusement pour planer. Elles ne luttent pas contre la chute, elles aident et guérissent les cœurs fatigués. Leurs petits battements bruissent avec la légèreté des pas d’un enfant l’éther azuréen, tout là haut délicatement juste pour... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mai 2015

LE "CA-VOIR"

( AISA : 17 mai 2015) On ne sait pas ce que peut un corps disait Spinoza. Effectivement, la longue marche en montagne est un effort singulier qui met en mouvement toutes nos cellules qui s’agitent, se transforment, au grès de l’altitude. Sur ces hauteurs presque improbables la respiration devient tonique. La marche active des rêveries substantielles intimes et digestives, le corps et l’esprit gagnent en vertu. L’arbre qui pousse au bord de l’abime appelle une sauvagerie qui nous est devenue étrangère et pourtant …Il prend ses... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,