17 décembre 2012

Le Génie

« A part » des autres, le génie est en reste de lui-même parce qu’il se tient en excès. Absence possible d’adéquation de soi avec soi, son être se tient toujours d’ores et déjà en devancement de lui-même. Probablement a-t-il le sentiment d’être emporté, happé par un rythme infernal, peut-être celui de l’extra-ordinaire raison enfantine, indomptable, immédiate, par une sorte «d’intuition de génie » : « lorgnette merveilleuse qui lui donnerait un accès direct à l’être » et battrait en brèche toute forme... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 décembre 2012

Etrangèreté

Si je devais représenter mon corps, quels seraient les mots, les gestes ou le graphisme que je pourrais employer pour en donner une esquisse. L’exercice est redoutable. Il est « mien » et pourtant je ne le vois pas. Un corps d’adolescente me disent les uns, inclassable répondent les autres. Pour autant, n’est-ce pas mon propre cœur que je sens battre dans cette étrange enveloppe ? Je l’habite de « l’intérieur », je suis la seule à le sentir, à pouvoir lui parler comme à un ami, un doux compagnon et pour lui... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
13 décembre 2012

Aimer

 Aimer, c’est reconnaître l’existence d’un rythme que nul ne peut évoquer ou raconter car il est sien, celui d’un bourgeonnement du vivre dans la tonalité qui nous ressemble.( Sibylle)
Posté par Sibyllinne à 11:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 décembre 2012

Habiter un monde

Assisse à la terrasse d'un café, je m'abstrais mentalement quelques instants de cette foule passante, bruyante, de ces badauds pressés. Par quoi d'ailleurs le savent-ils au fond d'eux-mêmes ? Semblables à des insectes, à des cloportes, ils vaquent à leurs occupations, ils se faufilent, se bousculent, se heurtent quelquefois, dans un tumulte assourdissant voire incessant. Le temps de l'horloge, en véritable chef d'orchestre impose son rythme, sa mesure ou plutôt sa démesure. Ces attitudes humaines sont toutes structurées,... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 décembre 2012

Le contrat

  J’observe la société politique de notre temps et je m’interroge de plus en plus sur sa nature, ou plutôt sur sa déconfiture. C’est un fait, nous sommes sous un système représentatif, je n’ose dire d’une « démocratie » représentative. Mais  la vraie question demeure. Dans quelle mesure pouvons-nous nous sentir représentés alors même que  l’institution a failli à toutes ses obligations, a perdu la mémoire et l’intelligence de ce que nous appelions jadis un contrat. Le premier contrat par lequel les hommes... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 décembre 2012

Correspondances

  Nuitamment je marchais sur un chemin de crêtes La terre inondée ravissait les aigrettes Le vent agite les feuilles des jeunes arbustes La tempête a cessé, la flore reste robuste   Le sol fangeux et lourd forme des lacs étranges Aux effets de miroir d'un ciel froid noir sans frange Sublimes correspondances de la terre et de l'eau L'une et l'autre se répondent et desserrent l'étau   Dispute puis réconciliation, les éléments s'épousent A l'aune d'étranges forces que nul humain n'éprouve Un tableau, une... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 20:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2012

Qu'appelle t-on penser ?

Hannah Arendt « Réfléchir cela signifie toujours penser de manière critique et penser de manière critique cela signifie que chaque pensée sape ce qu’il y a de règles rigides et de convictions générales, le seul fait de penser est en lui-même une entreprise très dangereuse, mais ne pas réfléchir est encore plus dangereux » ( Hannah Arendt). La démission de la pensée, conduit à la soumission, le risque est majeur, il faut donc exhorter le processus, le faire ad-venir à soi. L’appel de la pensée dira... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:11 - Commentaires [9] - Permalien [#]
04 décembre 2012

Chemins qui ne mènent nulle part

Paul Klee : Chemin principal et chemins secondaires Chers amis, Un grand merci à toutes et tous pour vos encouragements et délicate attention. C'est une belle aventure qui me plaira de vivre aux détours de chemins qui peut-être ne « mènent nulle part » car ici et ailleurs. Ceux sont là des chemins d'une pensée sans boucle, ni arrêt. Des allers et retours d'une sente où s'entrelacent des courbes, des sinuosités aux détours de discours qui parlent à la raison et à l'imaginaire: noèmes et poèmes sans hiérarchie... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2012

Vers une ontologie de la chair

  TITRE : « Vers une ontologie de la Chair… »         En préambule, il semblerait opportun de définir le champ lexical du terme phénoménologie (Je renvoie à cet égard pour plus de précisions au : Chapitre 7 « d’Etre et temps » de Heidegger) L’expression est composée de deux éléments : phénomènes et logos, la phénoménologie serait donc la science des phénomènes. Il convient donc d’élaborer le sens du « phénomène ». L’expression grecque phainomenon à laquelle... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2012

Révesibilité

  « Si nous pouvions ne serait-ce qu’un instant nous échapper des « ismes », jolis petits systèmes bien rodés, à la circonvolution bien définie : l’idéalisme, le matérialisme, l’empirisme…que sais-je encore ? Le challenge pour tout ami véritable de la vie n’est-il pas de revenir à soi, à cet élan qui nous anime et participe au vivre, mieux à l’injonction du vivre ! Je me tiens jamais au plus près du réel que lorsqu’au fond je le déréalise, je le « déconceptualise ». Abandon de la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :