03 décembre 2012

Bachelard : Une rêverie active

  Gaston Bachelard   Une rêverie active : l’arbre de la vie              D’une façon générale Bachelard distingue la pensée par concepts (la science) de la pensée par images (l’art). Ce dualisme bachelardien entre la pensée par concepts et la pensée par l’image va se prolonger sur le plan de l’imaginaire par l’opposition que Bachelard établira entre la matière et la forme. Contre la philosophie traditionnelle la matière détiendra un rôle actif par rapport à la manifestation de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 décembre 2012

L'Ouvert

  Paul Klee qui se définissait comme peintre- poète : "Nuit bleue"  « L’ouvert » se tient en dehors de toute détermination et tout déterminisme, voilà la raison pour laquelle il ne serait ni comparable, ni assimilable à un état d’esprit, de conscience faussement altruiste ou charitable. L’humanité meurt de ce « surplus d’ouverture », de ces échanges creux et gratuits érigés pour certains en systèmes. Ces dogmes supposés philanthropiques, voire même philosophiques doivent être refermés. Il est... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 décembre 2012

La bergeronnette

Sautillante et légère, dessinée au fusain C’est un petit oiseau aux courts lendemains   Une livrée blanche et noire couvre son plumage Cette bergeronnette est de très fin lignage   Ses petits pas pressés, ses hochements de tête Lui donnent un brin joyeux, un certain air de fête   Visiteuse des prés, elle se mire dans la mare Puis bondit sur les feuilles du blanc nénuphar.   Agile et toute fine, il faut savoir la voir Elle hume les parfums de la saveur du soir   Ce temps lui appartient, elle... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 décembre 2012

Evanescence océanique

    Les rayons de l’astre majeur irisent sa surface C’est un miroir sans teint, et sans aucune trace   Les lueurs latescentes de la tombée du jour Epousent le courant d’un souffle haut et court   Sur les crêtes des vagues d’une écume liliale S’échappent des embruns de ce coucher prairial   Happé vers le grand large, et de lointains sillages La plume du voyageur glisse sur sa page   C’est d’humeur vagabonde qu’il compose l’ouvrage De rêveries actives souffrant d’aucun partage   ... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,