27 janvier 2016

LE VISAGE

Possédons nous vraiment un visage au sens où celui-ci est ce que l'on présente à autrui, ce qui est vu ou bien encore comme son étymologie grecque nous le suggère (prosôpon) : comme ce qui se tient devant les yeux d'autrui, ce que l'on montre aux autres. Notre visage en dit peut-être « long » pour l’autre mais reste muet pour soi. Il est simultanément ce qui voit et ce qui se fait voir sans pou-voir se regarder. En effet, mon miroir ne me dit rien, il me fige, se contente de circonscrire les contours de ce masque... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07 janvier 2016

Percevoir

Que pensons-nous percevoir vraiment ? Cet acte que nous croyons être un acte banal est probablement le plus énigmatique. Lorsque je perçois autrui en tant qu’être percevant et être perçu, jusqu’à la vision de la chose perçue par autrui qui se dédouble lorsque je décide de m’y attarder, nous pouvons nous interroger sur la nature de ces images qui heurtent ma rétine. Ont-elles seulement une consistance ? La chose perçue se déplace, se modifie sans cesse d’une certaine façon, elle est donc toujours latente. De plus, comment... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 décembre 2015

HORS LANGAGE

J’ai eu la grande chance de « faire » des études de philosophie, une chance parce que c’était là ce qui me faisait vibrer dès mon adolescence et ce, sans le savoir qu'il s'agissait précisément de philosophie. J’ignorais totalement que cette attitude relevait d’une attitude dite "philosophique" .En effet, je n’avais aucun héritage en la matière. Toute ma famille regardait cet intérêt ou curiosité que j’avais à l’égard de la nature des liens entre les choses, entre les êtres, comme une pure perte de temps : une forme... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:46 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 octobre 2015

DESTITUTION

  L’existence de chaque homme semble être toujours prise dans ce mouvement dialectique entre l’institué et l’instituant. Curieusement, il est les deux à la fois. Aussi, dans ce va-et-vient, le tour de force consisterait alors à tenter d’identifier son moi, c’est à dire de percevoir « qui nous sommes » réellement en dehors de ce jeu. Mais est-ce encore possible ? Sommes –nous toujours quelqu’un, un sujet, une forme d’individuation ? Si tel était le cas, peut-être pouvons –nous croire à une modalité... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 20:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
03 juillet 2015

VIBRATIONS

Sommes-nous seulement capables de regarder le monde, de voir dans sa plus belle évidence ce qui fait véritablement œuvre chez l’artiste ? Certaines peintures, celles de Cézanne par exemple émettent de drôle de vibrations au point que le tableau accroché sur le pan de mur disparaît et que d’un coup on se sent happé par la toile. J’ai presque envie de dire que « Je suis-au-mur, au cœur de l’antre pictural de l’artiste. Cézanne supprime les bords, les contours, les points d’arrêts que le dessin hachure, que le langage tente... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 18:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 juin 2015

LE SENSIBLE

  ( Gérard Granel professeur à L'université de Toulouse le Mirail - Ici, sa rencontre avec Martin Heidegger dont il traduisit l'ouvrage intitulé " Qu'appelle t-on penser ?) Pour déterminer ce qu’est le "faire-monde", Gérard Granel sollicitait la phénoménologie qu’il concevait comme une "philosophie de l’Ouvert" faisant retour à notre mode fondamental d’être-au-monde à savoir la perception.  En effet, "L’offre du sensible" se manifeste surtout et d’ores et dèjà dans son retrait, dans l’interstice ou célèbre distinction... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2015

La "part de l'oeil"

  (Qu'il me soit ici permis de remercier chaleureusement Madame Eliane Escoubas pour avoir eu le bonheur de participer à ses cours) Il m’arrive souvent de penser à une personne que je considère être une « grande dame » malgré sa taille moyenne. J’ai eu la chance de la croiser voici plus de vingt cinq ans au sein de l’UFR de philosophie de Toulouse le Mirail. Chaque mardi matin, nous étions, nous élèves de licence en philosophie en cours de phénoménologie avec E. Escoubas, helléniste, germaniste, latiniste etc…... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 mars 2015

L'OEUVRE

( Paul Klee)  Lors d’une discussion récente sur l’œuvre d’art, je fus agréablement surprise par une évidence qui depuis me taraude et tourne en boucle dans ma tête.  L’œuvre d’art est une œuvre fondamentalement lorsqu’elle questionne les sens, lorsqu’elle les désoriente. Elle nous renvoie au fond à cette abyssale absence toujours d’ores et déjà présente en tous lieux. D’aucuns la sentiront dans l’inexplicable, dans l’imprévisible, dans l’absence de (trop) plein de vide, peut-être juste apparent. L’œuvre nous chavire,... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 novembre 2014

Le mouvement perceptif

La perception tisse notre relation originaire au monde. Elle ne falsifie pas notre rapport au monde, dussé -je affirmer et réitérer ceci, qu’elle est toujours d’ores et déjà constituée par l’objectivation de nos catégories scientifiques, culturelles, c’est-à-dire par un ensemble de catégories toutes modélisatrices d’un schème a priori universel. Le sujet comme le monde se tiennent inévitablement dans cette corrélation réciproque. L’individu n’existe que par et dans cette liaison avec le monde. Or cette relation s’effectue... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mai 2014

La perception

    Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 st1\:*{behavior:url(#ieooui) } /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-ansi-language:#0400; ... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,