18 avril 2018

Tout là haut

Teide : 3718 m ( Photo de Démocrite non libre de droits : avril 2018) Ces îles volcaniques néo-cubaines offrent en ce joli mois d’avril à Démocrite et Sibylle un sentiment d’ivresse et de douceur de vivre. Ces terres noires, alcalines et de silice ont jailli jadis des profondeurs sousmarines. Des vents humides soufflent ces éclats de feu au Nord-est de l’île sur les montagnes d’Anaga entre forêts primaires et océan. Près de l'Orotava, se dresse le géant de toute l’Ibérie, mont sacré des guanches, "el echeide" qui signifie... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 juin 2016

Verticalité

Labate del Bozo (Photos de Démocrite non libres de droits) Certaines ascensions vous grandissent, vous ouvrent des perspectives incomparables. L’agitation des villes vous semble nulle, sans intérêt. Au cœur de la cité, les miasmes de l’air moribond sont une flamme éteinte. Dans le vallage aragonais, chaque pas vous donne la mesure. Le corps s’éprouve, se dynamise sans im-posture et ce, dans son plus bel équilibre. L’être le plus mobile cherche toujours ses racines. Les rochers : les enfants de la terre, sont les pierres... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 janvier 2016

CHIASME

  ( El Pazino- Dimanche 24 janvier 2016)   Loin du réel avili par les foules de touristes agglutinés dans les stations, je goutte à 1965 mètres d’altitude aux couleurs hiémales et printanières à la fois. Faut-il le reconnaitre, la marche vous délivre de toutes ces écailles quotidiennes qui souvent vous hérissent, vous blessent aussi. Les altitudes vous grisent…Sur ce sommet, j’écris avec la plume d’un vent azuré qui flotte, effleure la surface immatérielle du vélin. Les mots tournent en farandole de syllabes dans ma... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 novembre 2015

LE CONTEMPLATIF

(Plateau d'Anayet 11 novembre 2015)   En cette fin d’après-midi, l’ombre des sommets gagne petit à petit la frange herbeuse des steppes ibériques, le doigt des pics s’allonge. Le Vertice d’Anayet que nous venons de quitter a rempli toutes ses promesses.. Je suis maintenant perchée sur un rocher. Devant ce plan d’eau étale, en altitude, se tient un photographe que je connais si bien. Plongé dans ce miroir léthargique du lac, il contemple cette eau étonnamment calme, sans trouble aucun. Mais peut-être est-ce lui qui... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 octobre 2015

L'ILE AUX ABIMES

( La Palma : le 24 octobre 2015)   Sur ces hauteurs improbables de la Caldeira (2426 mètres) nous marchons sur un petit chemin de lave. Peu à peu, notre inconscient se creuse dans un abîme imaginaire, onirique. Curieusement, le sentiment insulaire sape tous ces liens que nous avons avec notre quotidien, avec ces actions superfétatoires, ces affairements que nous entretenons pour tenter de nous convaincre que nous sommes bien là dans ce monde. Cet espace terrien, stellaire aussi nous enveloppe d’une sensation aigüe... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mai 2015

LE "CA-VOIR"

( AISA : 17 mai 2015) On ne sait pas ce que peut un corps disait Spinoza. Effectivement, la longue marche en montagne est un effort singulier qui met en mouvement toutes nos cellules qui s’agitent, se transforment, au grès de l’altitude. Sur ces hauteurs presque improbables la respiration devient tonique. La marche active des rêveries substantielles intimes et digestives, le corps et l’esprit gagnent en vertu. L’arbre qui pousse au bord de l’abime appelle une sauvagerie qui nous est devenue étrangère et pourtant …Il prend ses... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 janvier 2014

Altitude

Les nuages cendrés, gris perle et gris foncés circulent à hauteurs d’homme …Dans leur ballet aérien, ces compagnons de l’azur cernent,enchâssent aussi parfois le sentier emprunté par le marcheur solitaire. Au loin quelques prémices hivernales disputent sans violence les blandices automnales. C’est vers elles que se dirige l’esthète. Ce Prince des hautes terres côtoie les éléments. Le voyageur s’enchante de ces lointains : plateaux des altitudes.. Le végétal se tait, respire la sensualité de lignes sans partage...
Posté par Sibyllinne à 11:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,