29 mars 2017

Equilibre

(Sibylle- Photo de Démocrite non libre de droits) Si l’on doit poser une quelconque téléologie dans l’existence, il me semble que la seule qui mérite une certaine attention est celle qui nous aide à préserver un équilibre. Nous le sentons bien, des lignes de forces s’opposent, se mêlent, se construisent et se réciproquent continuellement. Réaliser une collaboration harmonieuse entre le corps et l’esprit et ce, dans une coappartenance originaire, ou savoir conjuguer l’effort philosophique avec une pensée rieuse et joyeuse d’élans... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 mars 2016

Danser...

  On ne sait pas ce que peut un corps. Celui du danseur s’approprie l’espace, il le dessine, le fait vibrer aussi. Si Nietzsche voit en Dionysos la plus belle figure du danseur, c’est probablement parce qu’au moment même où le corps explore l’espace, il nous rend léger et sourd aux miasmes de la foule désenchantée. Le corps dansant, dans son jeu de forces défait toute conscience fatiguée d’inquiétantes turbulences ou de fausses postures. Librement en proie à de nouvelles intensités, le corps déstratifié cisaille la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 juin 2015

La "part de l'oeil"

  (Qu'il me soit ici permis de remercier chaleureusement Madame Eliane Escoubas pour avoir eu le bonheur de participer à ses cours) Il m’arrive souvent de penser à une personne que je considère être une « grande dame » malgré sa taille moyenne. J’ai eu la chance de la croiser voici plus de vingt cinq ans au sein de l’UFR de philosophie de Toulouse le Mirail. Chaque mardi matin, nous étions, nous élèves de licence en philosophie en cours de phénoménologie avec E. Escoubas, helléniste, germaniste, latiniste etc…... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mai 2015

LE "CA-VOIR"

( AISA : 17 mai 2015) On ne sait pas ce que peut un corps disait Spinoza. Effectivement, la longue marche en montagne est un effort singulier qui met en mouvement toutes nos cellules qui s’agitent, se transforment, au grès de l’altitude. Sur ces hauteurs presque improbables la respiration devient tonique. La marche active des rêveries substantielles intimes et digestives, le corps et l’esprit gagnent en vertu. L’arbre qui pousse au bord de l’abime appelle une sauvagerie qui nous est devenue étrangère et pourtant …Il prend ses... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 juin 2014

Secrète noirceur

Drôle de matin que celui-ci, le peu de sommeil de ces deux dernières nuits me donne une sensation de sur-réalité. Pour autant, je retrouve toutes mes forces vives avec une acuité à nulle autre pareille. Je me recentre, le noyau et l’armure sont reconstitués, la forteresse est solide. Je n’attends plus rien. J’aspire à cette sérénité que la plupart des hommes ignorent, trop occupés qu’ils sont à s’investir dans les relations d’apparats ou terriblement empruntées. Très jeune, à l’heure où la plupart d’entre nous sortent, font la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 décembre 2012

Etrangèreté

Si je devais représenter mon corps, quels seraient les mots, les gestes ou le graphisme que je pourrais employer pour en donner une esquisse. L’exercice est redoutable. Il est « mien » et pourtant je ne le vois pas. Un corps d’adolescente me disent les uns, inclassable répondent les autres. Pour autant, n’est-ce pas mon propre cœur que je sens battre dans cette étrange enveloppe ? Je l’habite de « l’intérieur », je suis la seule à le sentir, à pouvoir lui parler comme à un ami, un doux compagnon et pour lui... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :