12 décembre 2016

Le Flux

  « La route qui monte et qui descend est une seule et la même. » Héraclite. Belle et juste paroles qui battent en brèche toutes nos interprétations, nos représentations quotidiennes de la réalité mondaine. Nous légiférons sur les actions de nos semblables et nous préjugeons de la nature des choses en appliquant le prisme de la distinction, de la séparation, d’une pseudo détermination qualitative. Le règne du désespoir.   Nous apposons des notions de contrariété sur des éléments qui n’en recèlent aucune si ce... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 19:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 janvier 2016

La reliance

C’est en naissant que jaillit la liance : un don que l’on nous fait mais que nous n’avons pas demandé. Au fil des années, nous devons semble t-il inscrire cet acte dans un mouvement perpétuel de "re-liance"parce que vivre seul (e) dans le monde, cela n'est pas pratiquable. Qu’est-ce qui fonde la « reliance » entre les êtres ? Probablement la reconnaissance d'abord de notre propre solitude éprouvée, puis résolument acceptée au contact de l’autre solitude avec ses différences, ses aspérités, ses rondeurs... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2015

AMOR FATI

  « Que dirais-tu si un jour, si une nuit , un démon se glissait jusque dans ta solitude la plus reculée et te dise : « Cette vie telle que tu l’as vécue, tu devras la vivre encore une fois et d’innombrables fois ; et il n’y aura rien de nouveau en elle, si ce n’est que chaque douleur et chaque plaisir, chaque pensée et chaque gémissement et tout ce qu’il y a d’indiciblement petit et grand dans ta vie devront revenir pour toi, et le tout dans le même ordre et la même succession […]. L’éternel sablier de l’existence... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 mars 2015

LES DEUX " A"

L’amour ou l’amitié sont des termes employés çà et là sans distinction apparente réelle. Or, j’observe des états, des attitudes différentes selon l’inclination éprouvée. De fait, dans l’amitié se déploie une forme de sollicitude à l’égard d’autrui qui le libère du souci, de la préoccupation, ceci afin de lui re-donner toute sa puissance de décider et  d’agir. Un souffle de liberté en somme. L’ami véritable au fond c’est être le « là » pour l’autre qui n’apparait que dans l’espace de l’entre- ouverture qui se... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:09 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 décembre 2014

La mesure

  Peut-on à proprement parler d’une inconstance de nature chez l’être humain ? Ce qui est sensiblement vrai et dit un jour chez un même individu ne l’est plus le lendemain ou l’heure d’après. On se surprendra alors à penser tout bas, si celui-là ne déraisonne pas : encore un brindezingue, OUSTE !   J’exclus d’ores et déjà de cette réflexion toute forme de pathologie mentale comme celle qui ronge le maniaco-dépressif, le caractériel, le mélancolique, l’abandonnique et autre typologie dissonante prise en charge... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mai 2014

L'ennui

Quelle étrange sensation que celle que nous fait expérimenter l’ennui.  Éprouver un profond ennui constitue une véritable épreuve. Forçage des conversations entre amis de « mauvaise » compagnie pour combler l’abjecte et criante absence d’intérêt commun. Puis surgit un sentiment de solitude et de rejet face à cette mise en scène ob-scène de faux semblants, de senti-ments et politesse de courtoisie. Peut-être, dans de telles circonstances,  faisons nous alors un exercice très singulier, voire même... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

29 avril 2014

Badinage

Drôle d’humeur que celle d’aujourd’hui qui me permet de prendre de la distance eu égard à certains évènements. Je me sens plus légère, détachée, sans encombre, je dirais même : presque indifférente à tout ce qui, autrefois aurait pu me causer quelques tracas. Ce qui engage le mondain ne m’intéresse plus : les conflits, les rivalités, les comparaisons,  les rapports de force, les mensonges, l’envie et la jalousie.  Ah quand elles nous tiennent,  pour ma part, ces tristes passions humaines restent à même... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 avril 2014

L'esseulement

Certaines personnes ont une peur viscérale de la solitude, ou en vérité de ce que nous appelons l’esseulement. Pour le fuir et surtout pour ne pas le rencontrer, elles s’attachent à leurs souvenirs, à leurs liens amicaux, familiaux, aux liens du sang comme à une bouée de sauvetage. Mais quelle est donc cette pathologie, cette peur maladive qui pousse l’être humain à refuser la confrontation avec lui-même car c’est de cela en vérité dont il s’agit. L’esseulement est vécu comme un état de « désolation », d’abandon, comme si... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 avril 2014

Les fleurs de l'enfance

Les évènements de l’enfance vous constituent de façon structurelle avec tous ses penchants heureux ou malheureux : rhizomes imputrescibles du thumos.Sinuosité de l’âme, de ses désirs, de ses aléas, de ses contradictions permanentes avec ses promesses d’un jour si peu tenues sans retenue aucune d’ailleurs.La lutte est inégale voire même inutile, c’est un fait, sur un plan strictement anthropologique et biologique,« dans un bois aussi courbe que celui dont est fait l’homme, on ne peut rien tailler de tout-à-fait... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 avril 2014

Le cri

J’ai commencé si tard, il y a quelques années à peine, à aimer vraiment le monde «  Amor mundi », à aimer certaines personnes aussi qui rayonnent et me donnent la joie de vivre. En retour, j’ai donc fini par m’apprécier d’une certaine façon à défaut de me déprécier comme ce fût longtemps le cas, c'est-à-dire à me sentir bien avec moi-même… Tous les chagrins sont supportables si on en prend juste sa part et si l’on décide que l’autre pan ne nous appartient pas. Il n’y a là, chers lecteurs aucune prétention, aucune... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,