14 juin 2018

Idylle

La danse est l’expression  des mouvements « sur l’abime » : en dehors de toute foi, hors-la-loi : un envol sans filet ..Une idylle des corps éveillés et des amours retrouvés.
Posté par Sibyllinne à 15:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juin 2018

Stimmung

Certains esprits dépriment profondément, car terriblement sensibles au manque de lumière et de beau temps. Ce matin, je regardais dans le miroir ces grands yeux verts qui mangent mon visage et cette étrange silhouette d’adolescente éternelle. Le reflet me convient et j’ai appris à l’aimer.Le printemps est toujours là me dis-je, malgré les giboulées. Hier après-midi, une étrange nouvelle, surprenante, totalement inattendue… Des mots sont là, posés sur le papier. Que disent-ils, tout ce qui fait mal, tout ce qui inquiète.... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 avril 2018

Un manque de rien

Tantôt, on m'interrogeait sur la connaisance, l'exploration de mon désir... Je ne connais personne qui soit à même de répondre à cette question. Si l'on considère que la satisfaction d'un besoin n'est en aucun cas la satisfaction du désir en question, du désir défini comme tel, comme étant le "désiré". En effet, il ne faut pas confondre la visée d'un désir ou plus précisément la satisafction d'un besoin avec "le désiré" qui lui excède tout objet particulier du désir. Ce que désire fondamentalement le désir est une énigme si l'on... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 12:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 avril 2018

Sage désir

La relation amoureuse est d'emblée biaisée si l'on pense que l'autre est là pour combler un manque ou pour satisfaire une faille nevrotique, narcissique.Il s'agit donc de se libérer de ce désir "pathologique" qui ronge la nature d'un véritable désir ou identifié comme tel. Aimer, ce n'est pas faire plier l'autre à la satisfaction de ses besoins, aimer c'est désirer l'autre dans sa simplicité, dans son caractère insolite, inattendu, dépourvu des oripeaux de toutes représentations. Cela suppose un certain degré de lucidité, de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 19:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 mars 2015

LES DEUX " A"

L’amour ou l’amitié sont des termes employés çà et là sans distinction apparente réelle. Or, j’observe des états, des attitudes différentes selon l’inclination éprouvée. De fait, dans l’amitié se déploie une forme de sollicitude à l’égard d’autrui qui le libère du souci, de la préoccupation, ceci afin de lui re-donner toute sa puissance de décider et  d’agir. Un souffle de liberté en somme. L’ami véritable au fond c’est être le « là » pour l’autre qui n’apparait que dans l’espace de l’entre- ouverture qui se... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:09 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 avril 2014

Murmure

Je me promenais dans ces bois odorants, terriblement familiers. Sous mes pieds, s’ouvrait  un chemin de terre avec quelques galets que les élans du gave jadis enragés, expulsèrent de son lit de sables mouvants. La forêt est un état d’âme, elle vous enveloppe d’une humeur tantôt automnale, estivale ou printanière. Le lierre étreint amoureusement l’écorce d’un chêne au branchage auguste et solitaire : un arbre majestueux au sépulcre ignoré. A son pied, des fleurs fines, mousseuses et délicates protègent ses rhizomes où... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
14 janvier 2013

Dîne ( tourbillon)

  Tout est distance et flotte dans l’entre deux L’infini de l’ouvert se dessine dans ses yeux   L’horizon illumine ses beaux cristallins Irise la surface de ce miroir sans teint   Aux brisures de l’humeur sur fond azuréen Chronos oscille encore entre l’or et l’airain    La flamme, un sablier s’écoule vers le haut  Onthophanique fleur : incandescente peau   Forteresse imprenable d’une âme citadelle Lieu des sentiments, des émotions rebelles   A la lisière du réel, de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 janvier 2013

La nuit des temps

Eléa et Païkan en terre d’Adélie, abandonnés et perdus dans "la nuit des temps". Les courbes sculptées de ces corps par l’artiste, suggèrent une caresse alizéenne déposée sur la dune. Celle que l’on dit la plus aimée du vent. Les cheveux d’Eléa d’un brun, ocre et chaud enveloppent ses épaules, fines, arrondies. Un sourire dessiné par quelques grains de sable emporte les amants vers un ailleurs temporel. Un lieu non dit, une belle contrée où jaillit l’étincelle, chiasme du senti-sentant, de l’invisibilité du visible:... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,