14 février 2017

Le Phénix

La musique immatérielle par essence, est une force qui interrompt le flux continuum du temps. Elle fait irruption dans nos sens, bouleverse, irrigue nos émotions. Le plus beau signifiant acoustique reste en deçà ou en dehors de toute portée musicale. La musique semble jouer contre ces sons articulés, enfermés par la langue. Elle murmure tout ce qui est caché, elle crée, libre, insoumise les écarts d’un battement de cœur au rythme irrégulier et puissant. Les dimensions spatiales s’abolissent, s’évanouissent, s’effondrent aussi. ... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 septembre 2016

Elegance

La danse comme « langage gestuel «  innervé par de puissantes intensités, manifeste ce qu’il y a de plus originaire en nous. Elle est un corps qui précède de loin toute apparition d’une enveloppe simplement charnelle. « Pour qui sait bien danser », la danse est jubilatoire, déploiement insolent de puissance. Pour autant,  l’apparente légèreté du pas ou du saut du danseur n’est qu’illusion. Le mouvement initié par le cœur de l’artiste sollicite les ressources d’énergie les plus intimes. Elles  révèlent... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 22:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 mars 2016

Ronde

Ce sont des images tranquilles d’eaux printanières qui m'habitent, de paysages entiers dépoussiérés de toute ornière. Sérénité habitée des lieux. Au croisement des abscisses, cette indolence augmente les sens, vagabonde avec mon être onirique dans un rythme lent. Le ruisseau murmure, bruisse des libres modulations, quelques accords de notes d’un Stavinsky ou d’un Ravel. Cette cascade de tonalité sonore et colorée révèle l’action muette du corps : ses transformations silencieuses. Le fusain de l’imaginaire trace les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 mars 2016

Danser...

  On ne sait pas ce que peut un corps. Celui du danseur s’approprie l’espace, il le dessine, le fait vibrer aussi. Si Nietzsche voit en Dionysos la plus belle figure du danseur, c’est probablement parce qu’au moment même où le corps explore l’espace, il nous rend léger et sourd aux miasmes de la foule désenchantée. Le corps dansant, dans son jeu de forces défait toute conscience fatiguée d’inquiétantes turbulences ou de fausses postures. Librement en proie à de nouvelles intensités, le corps déstratifié cisaille la... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 janvier 2015

Corps à coeur

La danseuse s’immisce dans la courbe du temps. Son énergie toujours actuelle de chaque mouvement engendre une durée sitôt née, sitôt défunte. Instable par nature, cette énergie embrasse l’improbable : l’envol extra-ordinaire d’un corps qui force, cisaille et nie tout espace ordinaire. La danseuse n’a point de dehors, elle dessine l’espace, elle n’écoute que son corps, son rythme, son équilibre et prodigue l’impossible : justesse du mouvement dansé d’un corps à cœur..  
Posté par Sibyllinne à 16:52 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,