28 juillet 2017

Terres natales

Hagenau   « Les songes descendent parfois si profondément dans un passé indéfini, dans un passé débarrassé de ses dates, que les souvenirs nets de la maison natale paraissent se détacher ». (Bachelard). Pour autant, quelques effluves remontent, transpirent à des moments inattendus, si peu choisis dans l’existence. Nous partons cet été dans le Nord Est de l’hexagone : terres rondes et natales de mon Démocrite et d’un certain « jardinier philosophe » qui nous accompagnera aussi dans ce périple. Après... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 novembre 2016

IVRESSE D'ENFANT

Réminiscence de parfums d’antan, la commode, le lit et les armoires d’une maison de campagne. Des bouquets de lavande glissés entre deux draps embaument la chambre au plancher verni. Les branchent du cerisier rient à la fenêtre. Elles tendent leurs clochettes aux grenats délicieux. La sieste des aïeux est d’une grande attente. L’arbre devient un nid pour des papilles d’enfant.  La maison endormie soustrait à tout regard l’escalade interdite à de petites jambes, des mains habiles aussi faites pour cueillir. La prise est aisée.... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 20:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 novembre 2016

ARAGON MON AMOUR

Mont Perdu ( Photo de Démocrite non libre de droits)   Aragon mon amour, je t'ai cherché du bout du monde dans ces accents qui ont bercés mon enfance. Paco et Fausta, eux, te connaissaient si bien. Ils respiraient ta lumière vivifiante et dansante à chacun de tes réveils, diaphane à chacun de tes couchers. Ils parlaient aussi ton rythme, vivaient tes courbes dessinées çà et là, à fleur et à grain de montagne..L'érosion lente, véritable "petite main" du climat, pare tes crêtes de coloris bruns, auburns et... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 novembre 2015

LES OEILLETS

Comme chaque jour, mes yeux s’ouvrent dès potron-minet, je suis résolument du matin, il faut le croire. C’est là le plus bel instant de ma journée. Le silence m'accompagne avec cette douceur infinie. J’habite la campagne, dans ce village qui m’a vu grandir, pousser, devenir moi… Sur le chemin des crêtes, la maison familiale domine un cours d’eau qui chante le long des rives, taquine quelques rhizomes, réjouit ces herbivores qui rituellement font leurs petites ablutions matutinales. Le soleil hésite à ma fenêtre, plus désireux... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:32 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 juin 2015

REFLUX

Les enfants maudits trouvent souvent leur autre soi même dans les profondeurs océaniques. Ces roulis incessants hantent ces espaces où l'âme gronde et rugit. Les crêtes argentées des vagues donnent cet éclat qui fait mal , celui des fleurs du Parnasse qui a fâné cette enfance. L'eau tumultueuse frappe et réveille le cri primordial de cette venue au monde.Le premier souffle est celui du déchirement, de la séparation, plus tard de l'abandon voire même du rejet. Etonnantes vibrations, le flux et le reflux des vagues jouent une drôle de... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 09:09 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 mai 2015

REGARD

( Le Musée-  La Piscine - La petite châtelaine de Camille Claudel- Roubaix - avril 2015)   L’iris violine de ses grands yeux jonche le sol Son passé a lissé les joies de son enfance   En poussière d’étoiles, elles gisent sur l’étole. La petite Châtelaine contemple l’artiste   En douce Sibylle la jeune muse l’interroge Camille offre à son regard une jolie patine D’une étrange vision : « Quoi !  L’éternité.. »    
Posté par Sibyllinne à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 avril 2014

Les fleurs de l'enfance

Les évènements de l’enfance vous constituent de façon structurelle avec tous ses penchants heureux ou malheureux : rhizomes imputrescibles du thumos.Sinuosité de l’âme, de ses désirs, de ses aléas, de ses contradictions permanentes avec ses promesses d’un jour si peu tenues sans retenue aucune d’ailleurs.La lutte est inégale voire même inutile, c’est un fait, sur un plan strictement anthropologique et biologique,« dans un bois aussi courbe que celui dont est fait l’homme, on ne peut rien tailler de tout-à-fait... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 février 2014

Petite âme

Ma chère petite âme, C’est du bord du monde que je t’écris. Tu as longtemps traversé cette vie dans un immense paysage, gelé, glacé, recroquevillée sur toi-même. Il fallait pour survivre t’inventer un monde, celui là même qui te protègerait et te laisserait tomber dans l’oubli et la paix des tiens. J’aurais voulu que l’on t’aime avec toute cette force et cette fragilité qui se heurtent dans ce corps frêle, singulier, parce que ces forces ou ces tensions ne sont peut-être pas si laides pour celles et ceux qui osent et savent les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 décembre 2013

Ailleurs

J’ai fini de croire, j’ai fini d'espérer Tout respire : de la terre aux envolées   Frénésie d’un exténuant bonheur, ma maison Longtemps je l’ai cherchée, couvée par ma raison   Rêve d’enfant.. Tout calice est demeure Je n'ai qu’un toit du ciel pour abriter mon cœur.    
Posté par Sibyllinne à 16:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mars 2013

Respiration

    .   Chacun de nous a expérimenté au moins une fois dans sa vie le changement d’habitation. Quitter son lieu de résidence pour s’abriter sous une hutte, un autre gite, bouleverse souvent nos douces habitudes. D’aucuns vivent cette « affaire » comme un déracinement voire même comme un violent traumatisme. La maison, « le dedans », nous le savons, est notre mère. Cela peut s’entendre et se comprendre au regard du motif ayant provoqué de pareils changements. Pour ma part, c’est... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,