21 février 2017

Point trop n'en faut !

  « A chaque jour suffit sa joie » (Clément Rosset). Clément Rosset est toujours là où le commun ne l’attend pas. C’est probablement ce qui me plait le plus en lui : malin comme un singe, espiègle aussi, qui tel le berger perçoit la chèvre que vous ne voyez pas ( Clin d'oeil) . J’entends cette phrase comme une invitation à apprendre à vivre avec sa propre temporalité, celle du moment. Le challenge, est de ne pas se laisser narrer sa vie par un passé oublieux du présent, qui rongerait, et grignoterait toujours... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 janvier 2016

Lycène

« Dans les heures heureuses, nous connaissons une rêverie qui se nourrit d’elle-même, qui s’entretient comme la vie s’entretient. » (Gaston Bachelard). D’aucuns souvent me taxent de rêveuse, d’être planant dans une forme d’imaginaire, oui peut-être, j’en conviens volontiers. Pour autant ce déplacement d’intérêt, cette modification du niveau de conscience me permet de voyager de façon très singulière au sein du réel que je perçois avec mes sens, mon ouïe hyper développée, mes grands yeux qui s’écarquillent, s’étonnent... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 septembre 2015

L'Humeur

Difficile de se libérer des aléas de l’humeur, aléas climatiques pour certains, aléas saisonniers ou encore journaliers pour d’autres, alternance d’un état d’euphorie et d’une dépression. Dans tous les cas, cela dénote une porosité somato-psychique dans laquelle se love une sorte d’épuisement souvent nourri par une anxiété souterraine mal identifiée. Pour ma part, j’y suis peu ou pas sujette, signe d’indifférence, signe d’endurcissement, d’aveuglement, d’insouciance, ou d’un vécu peut-être qui a marqué au fer rouge mes jeunes... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
31 août 2015

L'amitié

  Tantôt, un être proche m’interrogeait sur un article de sa composition portant sur l’amitié. Vraisemblablement son article jeta le trouble dans certaines consciences : « drôle d’article », désaccord sur le fond quelquefois, mais aussi quelques acquiescements ici ou là…Tout et son contraire comme souvent. L’amitié, hum l’amitié…D’où vient-elle ? Probablement d’une insatisfaction permanente, source d’angoisse ou de malaise. Peur de la solitude,  de l’esseulement, pire d’un face à face avec soi-même.... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juin 2015

LA JOIE

  La joie vient lorsque, attaché au meilleur de soi, on s'applique de toutes ses forces à le préserver. Je ne connais pas de trésor plus précieux que cette sensation de vouloir persévérer dans ce bien être, et de la sorte, d’éprouver un dynamisme, une puissance d’exister. Maintenir cet équilibre relève du bon sens et bon sentiment ou tout simplement témoigne du respect que l’on se doit à minima à l’égard de soi-même. La joie nait de ce « çà-voir » adéquat, de cette autonomie ou cohérence intérieure à laquelle doit... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 avril 2014

Badinage

Drôle d’humeur que celle d’aujourd’hui qui me permet de prendre de la distance eu égard à certains évènements. Je me sens plus légère, détachée, sans encombre, je dirais même : presque indifférente à tout ce qui, autrefois aurait pu me causer quelques tracas. Ce qui engage le mondain ne m’intéresse plus : les conflits, les rivalités, les comparaisons,  les rapports de force, les mensonges, l’envie et la jalousie.  Ah quand elles nous tiennent,  pour ma part, ces tristes passions humaines restent à même... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 janvier 2014

Horizon

  Seule, je marchais tantôt sur quelques crêtes de montagne aimées, choisies par un élan du cœur irrépressible. Les nuages et le soleil se frottent, s’acoquinent, puis se séparent en prenant l’ascendant et ce, dans l’alternance la plus énigmatique. Un milan royal plane, tournoie dans les airs, splendide ! Splendide !Je grimpe seule, avec ce rythme inimitable qui caractérise ces tempéraments faussement lymphatiques. La montagne me connaît, me reconnaît et je sais qu’avec elle je n’ai plus rien à craindre. Que valent... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 janvier 2014

Pied de nez

Pour ouvrir le bal de cette nouvelle année, je vous propose un petit billet d’humeur sur un sujet quelque peu singulier. Aller voir un psychanalyste : pure convenance ou nécessité ? J’entends régulièrement dans mon entourage amical les mots de « maladie », de « pathologie » et bien entendu « de consultation » mais pas n’importe laquelle la consultation chez un psychanalyste ! Ah ! Le mot est lâché. Il faut aller CONSULTER de toute urgence et nécessairement, même si vous dormez et... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
14 novembre 2013

Corps accord

Je me suis souvent demandé par quel influx sensori-moteur l’émotion provoquée par la vision d’un paysage, d’une photographie, d’un animal (un petit écureuil ce matin) ou bien encore d’un végétal, pouvait à ce point modifier mon rythme biologique. Emerveillement, sourire, arrêt sur image et déploiement de douceur. Peut-être est-ce là d’abord, un mouvement de recul spontané, instinctif, de fuite de l’insoutenable tumulte et affairement des humains ? Causeries et préoccupations insupportables de ce que d’aucuns : nos propres... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mai 2013

La chrysalide

VIVRE ! ( Les Canaries mai 2013) C’est tardivement que je naquis au milieu des hommes, à l’âge précisément où l’on commence à dépasser ses préjugés. Endormie dans sa chrysalide la chenille désormais s’est transformée en papillon et goûte à tire d’ailes, l’air enivrant de ses nouveaux espaces. Redoutable est l’enfermement psychique crée de toute pièce par les « mécaniciens » de la médecine, ces bourreaux sans merci qui jamais ne cueillent de remords dans leurs sombres délibérations. Leur diagnostic ou conclusions hâtives... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 12:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,