30 mars 2016

Trouble

( Lac de Gabas - lundi 28 mars 2016) Une toile, une photo ou peut-être les deux … C’est au fusain de l’imaginaire que les lignes des arbres et des crêtes apparaissent. Pour autant, le site est bien réel, et ce à quelques lieux de notre cité natale. C’est une beauté informelle, inconvenante aussi, qui innerve la fluidité du regard. Parure et paraitre du rêve. Les eaux indolentes du lac dessinent l’absolu du reflet des monts pyrénéens. Les éclats du soleil absorbent les chagrins d’un cœur mis à nu. Les fleurs d’un saule s’épanchent... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 septembre 2015

Un doux réveil

  L’eau absorbe les couleurs d’un ciel frangé de nuages. A cette altitude, l’eau s’est alentie et pourtant, elle commence à caresser la frondaison des pousses printanières, courageuses et nouvelles. A la surface du lac, les larmes de l’hiver ruissellent sur les berges, tandis que dans ses profondeurs s’agitent insolemment les circonvolutions de petits êtres aquatiques. Doucement, le linceul de glace : voile de l’hiver, tente d’approcher le creux de la vallée. L’éphémère blancheur des cristaux translucides réveille de sa... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 juillet 2015

Le lac

(Photo prise par Démocrite, qu'il me soit permis de remercier ici l'aimable autorisation de Démocrite pour l'illustration de ce petit texte, photos à retrouver sans modération aucune en ces lieux http://meridion.canalblog.com/) L’effet des rivières et des lacs est extraordinaire, l’âme est une onde qui vibre sous une peau. Les petites risées alizéennes flirtent à la surface, quelques ridules naissent puis se meurent sur les rives. Cette matière fluide dans son continuum et dans sa plénitude capte l’imaginaire. Elle fredonne ici et... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
07 janvier 2015

Le Promontoire

     Etrange « linéarité » du temps où tout passe et tout demeure sur ces crêtes ibériques. L’affaire du voyageur est de passer sur des sentes sans sillon, pleines de nœuds et de coudes. Imminence du danger- Confusion des sensations. Intranquillité et délice de l’être pour ce flâneur happé par l’improbable vision de lieux ciselés par Dante se tenant au faîte. Puis en aplomb, des terres faussement arides trouées çà et là de quelques réserves aqueuses humanisent les lieux. A ces altitudes, l’air froid gagne des... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,