03 juin 2016

Laisser vivre

( Le Nerbiou-Photo de Démocrite non libre de droits)   Sur ces hauteurs pyrénéennes, je me délie du temps ordinaire dans un printemps en pente douce. Les géants de granite ouvrent une correspondance silencieuse avec l’azur. La terre riante de jeunes hampes florales, taquine en basse plaine les dernières blancheurs. Les cristaux frémissent pour mourir un peu plus chaque jour. Le milan royal tourne dans les airs, célèbre la rondeur et la douceur de la terre. Dans l’antre des monts, des ondes murmurent, bleuissent les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 16:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 novembre 2015

AMOR FATI

  « Que dirais-tu si un jour, si une nuit , un démon se glissait jusque dans ta solitude la plus reculée et te dise : « Cette vie telle que tu l’as vécue, tu devras la vivre encore une fois et d’innombrables fois ; et il n’y aura rien de nouveau en elle, si ce n’est que chaque douleur et chaque plaisir, chaque pensée et chaque gémissement et tout ce qu’il y a d’indiciblement petit et grand dans ta vie devront revenir pour toi, et le tout dans le même ordre et la même succession […]. L’éternel sablier de l’existence... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 juillet 2015

Le génotype

La question du « sens » comme interrogation philosophique surgit presque naturellement parce qu’il y a toujours un contexte ( le monde environnant- le monde qu’on partage avec les autres- le monde du soi) dans lequel nous sommes déjà immergés. Instinctivement ou bien sous l’influence de la pensée occidentale, nous avons besoin de nous situer, de trouver une place dans cette structure tripartite. En quels termes faut-il penser notre relation au monde dans ce contexte relié aux trois fameux "reliefs" susvisés ? Les... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 11:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 décembre 2013

La marche

Etrange circonvolution du temps où tout passe et tout demeure sur ces crêtes ibériques. L’affaire du voyageur est de fouler ces sentes sans sillon, pleines de nœuds et de coudes à même l’abîme. Imminence du danger, intranquillité et délice du marcheur effronté, happé par l’improbable spectacle, ciselé par un Dante se tenant sur le faîte. Des terres faussement arides trouées çà et là par quelques réserves aqueuses redonnent à ces lieux une hospitalité discrète.Pour autant, leur mystère reste intact avec le témoignage d’une douce... [Lire la suite]
Posté par Sibyllinne à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,